Les patients atteints de fibromyalgie pourront à nouveau être remboursés de 60 séances de kiné par an

Les patients atteints de fibromyalgie pourront à nouveau être remboursés de 60 séances de kiné par an
Belga

Le Conseil d’État a annulé l’arrêté royal de 2017 qui limitait le remboursement des séances de kiné pour les patients atteints de fibromyalgie, annonce lundi la RTBF. L’ancien régime s’applique désormais avec un effet rétroactif.

La fibromyalgie se traduit par des douleurs musculaires et articulaires diffuses, une fatigue ou encore des troubles du sommeil.

Autrefois, les personnes souffrant de cette pathologie se voyaient rembourser 60 séances par an. Mais depuis 2017 et à la suite d’une décision de la ministre de la Santé Maggie De Block, le remboursement accru ne portait plus que sur 18 séances pour toute une vie. Un médecin généraliste ou un spécialiste pouvaient toujours décider, après ces 18 sessions, d’en prescrire des supplémentaires de 30 minutes. Mais celles-ci étaient alors remboursées au tarif normal, et donc moins élevé.

Focus Fibromyalgia Belgique et l’Union générale des kinésithérapeutes de Belgique s’étaient pourvues devant le Conseil d’État pour contester cet arrêté royal. Les deux organisations dénonçaient le fait que « les recommandations scientifiques, l’opinion des experts et les besoins des 300.000 personnes concernées dans notre pays » n’ont pas été pris en compte.

« Concernant la décision du Conseil d’État, nous analysons actuellement les étapes juridiques possibles avec notre administration », a réagi, de son côté, le cabinet De Block, soulignant que « l’objectif de l’arrêté -basé sur des preuves scientifiques- est de répondre plus précisément aux besoins spécifiques de ces patients ».

En attendant, les malades pourront être remboursés pour les séances de kiné effectuées pendant ces deux dernières années.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite