Le prix moyen d’une maison a augmenté de 10.000 euros en un an en Belgique

Le prix moyen d’une maison a augmenté de 10.000 euros en un an en Belgique

Au deuxième trimestre 2019, le prix moyen d’une maison s’élevait en Belgique à 260.145 euros, soit une augmentation de 3,7% par rapport à la même période l’an dernier ou un coût supplémentaire d’environ 10.000 euros, révèle mardi le baromètre immobilier trimestriel de la Fédération des notaires (Fednot).

L’attrait des Belges pour l’immobilier ne diminue pas, note Fednot, puisque le deuxième trimestre 2019 a été le 2e trimestre avec le plus de transactions immobilières enregistrées depuis l’existence du baromètre en 2007.

Sur les six premiers mois de l’année 2019, il y a eu 7,7% de transactions supplémentaires comparé à la même période en 2018. Cette tendance est commune aux trois régions: 5,4% à Bruxelles, 7,2% en Wallonie et 8,3% en Flandre.

Le prix moyen d’un appartement était de 229.820 euros au trimestre passé. Par rapport au deuxième trimestre 2018, cela représente une augmentation de +4,8%, soit un coût supplémentaire de 10.500 euros.

► Tous les détails par région sont à lire sur Le Soir+.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La situation belge s’est améliorée sensiblement, même après le déconfinement, en mai et en juin. Une rechute est-elle à craindre
?

    Déconfinement: pas de panique mais un surcroît de vigilance

  2. La commission chargée d’examiner le passé colonial de la Belgique, installée depuis peu.

    Débuts à hauts risques pour la Commission Congo

  3. La nouvelle loi sur l’avortement ne fait pas l’uninimté, y compris du côté des soignants
: des gynécologues, médecins, sages-femmes estiment que la proposition sur la table va trop loin.

    La loi IVG suscite un vif débat chez les médecins et soignants

La chronique
  • Visa pour la Flandre: «Mais qui c’est celui-là?»

    Mais qui est cet homme ? Qui est ce personnage en imper beige, cheveux courts collés au crâne qui ne connaît visiblement pas les paroles du Vlaamse Leeuw et qui se trouve pourtant au premier rang des festivités du 11 juillet à Courtrai, à deux pas du ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) et du bourgmestre de Courtrai Vincent Van Quickenborne (Open VLD) et à côté de Dries Van Langenhove, le député fédéral Vlaams Belang et créateur de Schild & Vrienden ?

    Cette question a hanté les esprits vendredi dernier alors que la VRT zoomait sur les dignitaires flamands présents à la célébration de la bataille des Éperons d’or. Très vite cependant, c’est l’indignation qui s’est imposée, comme en témoigne le tweet du journaliste de Knack Walter Pauli : « Des explications SVP. Le 11 juillet, Jan Jambon et Vincent VQ se trouvaient deux chaises à peine plus loin que Dries Van Langenhove et l’extrémiste de droite Aurélien Verhassel. Comment sont-ils arrivés au premier rang ? C’est cela la nouvelle Flandre ? Une provocation ? Sabotage d’une formation...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    Commission Congo: le brûlot de la mémoire

    Faire la lumière sur le passé colonial de la Belgique, en tirer des enseignements pour le présent, des recommandations pour l’avenir… Au départ, l’idée était excellente, et, au vu des travaux des historiens, sa réalisation n’apparaissait pas trop difficile. 60 ans après l’indépendance du Congo, le passage du temps semblait avoir calmé les passions et permettre enfin la mise en commun des souvenirs et la réconciliation des mémoires. Cependant, c’était oublier combien la mémoire des « anciens » du Congo demeure sensible et...

    Lire la suite