Élections communales: le CSA sanctionne RTL

RTL Belgium est sanctionnée pour non-respect de la représentativité de toutes les tendances politiques dans son émission «
Les 48h des bourgmestres
».
RTL Belgium est sanctionnée pour non-respect de la représentativité de toutes les tendances politiques dans son émission « Les 48h des bourgmestres ». - RTL Belgium.

Le Collège d’autorisation et de contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a pris ses décisions dans les deux derniers dossiers portant sur le scrutin communal d’octobre 2018. Pendant la période électorale, les trois mois avant le scrutin, les éditeurs doivent respecter une série de règles au caractère obligatoire. Pendant cette période, le CSA a reçu 69 plaintes pour un total de 23 dossiers ouverts. Les deux derniers dossiers à clôturer concernaient RTL Belgium et la RTBF.

Déséquilibre des tendances

Du côté de RTL, les plaintes portaient sur l’émission Les 48h des bourgmestres, diffusée du 3 au 20 septembre 2018 sur RTL Play, RTL Info et sur la page Facebook de RTL Info. « Les plaignant.e.s regrettaient que cette opération mette uniquement en valeur les bourgmestres dans chaque commune tandis que les autres tendances politiques présentes au niveau local ne bénéficiaient pas de la même médiatisation », explique le CSA dans son communiqué ce mardi. Le régulateur avait notifié deux griefs à la chaîne. Un pour ne pas lui avoir transmis son dispositif électoral, comme demandé à tous les éditeurs. L’autre pour « ne pas avoir assuré l’équilibre et la représentativité des différentes tendances idéologiques, philosophiques et politiques ». Après avoir entendu l’éditeur, le CSA a estimé que les deux griefs étaient établis et a décidé d’infliger une sanction d’avertissement à RTL Belgium.

Grief mais pas sanction

Du côté de la RTBF, les plaintes portaient sur l’émission Moi, bourgmestre consacrée au scrutin communal à Schaerbeek, diffusée sur La Une le 10 octobre 2018, pointant l’absence d’un.e représentant.e du PTB dans le débat. Le CSA avait notifié un grief au service public, lui reprochant « d’avoir appliqué des critères de participation non objectifs et non proportionnés au but poursuivi de donner la parole à un maximum de tendances démocratiques au débat », décrit le régulateur. Celui-ci précise que la RTBF aurait pu compenser l’absence du PTB en l’invitant à un autre débat comparable concernant la même commune, « ce qu’(elle) n’a pas fait ». Finalement, après avoir entendu la RTBF, le CSA a pris acte que l’éditeur reconnaissait « la formulation maladroite de son dispositif électoral » et l’absence d’intention de discrimination. Il n’inflige pas de sanction à la RTBF.

Sur le même sujet
MédiaÉlections
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous