Brexit: Boris Johnson succède à Theresa May et entrera en fonction mercredi

Brexit: Boris Johnson succède à Theresa May et entrera en fonction mercredi

Le champion du Brexit Boris Johnson a très largement remporté la course pour devenir le prochain Premier ministre britannique face au ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt, selon des résultats annoncés mardi par le Parti conservateur.

L’ex-maire de Londres et ex-chef de la diplomatie britannique a obtenu 92.153 des voix des quelque 159.000 votes des membres du parti qui étaient appelés à les départager, contre 46.656 voix pour M. Hunt. Il devient donc chef des Tories.

Il a déjà annoncé que le Brexit se ferait à la date prévue.«Nous allons mettre en oeuvre le Brexit le 31 octobre», la date butoir fixée après deux reports, a déclaré l’ancien maire de Londres, alors que les partisans de la sortie craignent un nouveau report de cette échéance.

Mercredi, après une dernière nuit à Downing Street, Theresa May répondra à une ultime session de questions au Parlement avant de se rendre à Buckingham Palace où elle remettra officiellement sa démission à la reine Elizabeth II en début d’après-midi.

Boris Johnson devrait prendre la parole quelques heures plus tard après avoir été lui aussi reçu par la monarque, qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement.

Crise avec l’Iran

Premier défi urgent qui attend le prochain chef du gouvernement : gérer l’escalade des tensions avec Téhéran, au plus haut après l’arraisonnement par l’Iran du pétrolier battant pavillon britannique dans le détroit d’Ormuz.

Londres a riposté en annonçant lundi la mise en place prochaine d’une mission de protection avec les Européens dans le Golfe mais Londres « ne cherche pas la confrontation », a souligné Jeremy Hunt.

Autre dossier qui s’annonce colossal : mettre en oeuvre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, plus de trois ans après le référendum du 23 juin 2016 qui a vu les Britanniques voter à 52 % pour le Brexit.

Une mission sur laquelle Theresa May s’est cassée les dents, échouant à trois reprises à faire accepter aux députés l’accord de sortie qu’elle avait conclu en novembre avec Bruxelles, ce qui l’a poussée à la démission.

« Grave crise »

Les divisions sont toujours profondes au Royaume-Uni entre ceux qui veulent partir au plus vite et ceux qui espèrent que le pays revienne sur sa décision, en organisant un second référendum, par exemple.

Boris Johnson, qui avait milité pour la sortie de l’UE -un choix opportuniste selon ses détracteurs –, promet un Brexit d’ici à l’échéance du 31 octobre.

La date du divorce était initialement fixée au 29 mars mais a été deux fois reportée faute du soutien d’une majorité de députés à l’accord de Mme May et pour éviter une sortie sans accord.

Pendant sa campagne, Boris Johnson a répété que le divorce serait prononcé fin octobre, accord renégocié ou pas d’accord, promettant un avenir radieux à son pays, quel que soit le scénario.

Il a affirmé préférer décrocher un nouveau traité de retrait tout en admettant que cela semble presque impossible à réaliser dans les temps, compte tenu des vacances parlementaires et de la mise en place de nouvelles équipes dirigeantes, à Londres comme à Bruxelles.

Sa volonté de quitter l’UE coûte que coûte, même sans accord, hérisse ceux qui souhaitent le maintien de liens étroits avec le continent et qui redoutent les conséquences économiques d’un « no deal » et du retour de formalités douanières.

Le ministre des Finances Philip Hammond a ainsi annoncé qu’il ferait « tout » pour empêcher une sortie sans accord, ne semblant pas exclure de contribuer à faire tomber le futur gouvernement de Boris Johnson. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Alan Duncan, a de son côté prédit à « BoJo » une « grave crise gouvernementale ».

Jeremy Hunt s’est lui déclaré prêt à envisager de reporter de façon très provisoire le Brexit si un nouvel accord était en vue. Il a mis en avant son expérience d’entrepreneur et ses talents de négociateur pour obtenir un accord de sortie plus acceptable pour les députés.

Mais il s’est aussi dit prêt, comme Boris Johnson, à l’éventualité d’un divorce brutal, sans accord et sans période de transition pour amortir le choc.

Reste à savoir si cela serait passerait au Parlement, où le Premier ministre ne disposera plus que d’une majorité de deux voix.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite