Les données privées ne sont jamais anonymes, démontrent des chercheurs belges

Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine.
Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine. - PhotoNews

Les données privées ne sont jamais anonymes. C’est ce que démontrent, dans une étude publiée ce mercredi dans Nature Communications, Luc Rocher (chercheur FNRS au pôle d’ingénierie mathématique de l’UCLouvain), Yves-Alexandre de Montjoye (ingénieur diplômé de l’UCLouvain, passé par le MIT et aujourd’hui professeur assistant au Imperial College London) et Julien M. Hendrickx (professeur en ingénierie mathématique à l’UCLouvain). Une prouesse d’ingénierie mathématique démontre précisément que la probabilité de ré-identifier avec certitude une personne sur base de quelques données socio-démographiques anonymisées, est de 99,98 %. En clair : non seulement on peut retrouver n’importe qui, mais la certitude d’avoir trouvé la bonne personne est quasi-totale.

Selon Luc Rocher, « les algorithmes de désidentification ont fonctionné. Mais depuis une dizaine d’années, le type de données que l’on collecte n’a plus rien à voir. Les procédés d’anonymisation ne permettent plus de protéger la vie privée. Notre article dit qu’effectivement on n’est jamais certain. Mais dès lors que l’on sait que l’on a un homme, qui a 30 ans, qui habite à Saint-Gilles, qui est né un 5 janvier, qui a une voiture de sport rouge, qui a deux enfants, du coup, la probabilité que cela décrive correctement quelqu’un d’autre que la personne que je recherche est extrêmement faible. » Dit autrement : la probabilité d’avoir identifié la personne est quasi totale. 99,98 % de certitude selon l’étude. Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine.

De quoi remettre en cause le RGDP? Les explications des chercheurs sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite