Les données privées ne sont jamais anonymes, démontrent des chercheurs belges

Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine.
Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine. - PhotoNews

Les données privées ne sont jamais anonymes. C’est ce que démontrent, dans une étude publiée ce mercredi dans Nature Communications, Luc Rocher (chercheur FNRS au pôle d’ingénierie mathématique de l’UCLouvain), Yves-Alexandre de Montjoye (ingénieur diplômé de l’UCLouvain, passé par le MIT et aujourd’hui professeur assistant au Imperial College London) et Julien M. Hendrickx (professeur en ingénierie mathématique à l’UCLouvain). Une prouesse d’ingénierie mathématique démontre précisément que la probabilité de ré-identifier avec certitude une personne sur base de quelques données socio-démographiques anonymisées, est de 99,98 %. En clair : non seulement on peut retrouver n’importe qui, mais la certitude d’avoir trouvé la bonne personne est quasi-totale.

Selon Luc Rocher, « les algorithmes de désidentification ont fonctionné. Mais depuis une dizaine d’années, le type de données que l’on collecte n’a plus rien à voir. Les procédés d’anonymisation ne permettent plus de protéger la vie privée. Notre article dit qu’effectivement on n’est jamais certain. Mais dès lors que l’on sait que l’on a un homme, qui a 30 ans, qui habite à Saint-Gilles, qui est né un 5 janvier, qui a une voiture de sport rouge, qui a deux enfants, du coup, la probabilité que cela décrive correctement quelqu’un d’autre que la personne que je recherche est extrêmement faible. » Dit autrement : la probabilité d’avoir identifié la personne est quasi totale. 99,98 % de certitude selon l’étude. Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine.

De quoi remettre en cause le RGDP? Les explications des chercheurs sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite