Les données privées ne sont jamais anonymes, démontrent des chercheurs belges

Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine.
Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine. - PhotoNews

Les données privées ne sont jamais anonymes. C’est ce que démontrent, dans une étude publiée ce mercredi dans Nature Communications, Luc Rocher (chercheur FNRS au pôle d’ingénierie mathématique de l’UCLouvain), Yves-Alexandre de Montjoye (ingénieur diplômé de l’UCLouvain, passé par le MIT et aujourd’hui professeur assistant au Imperial College London) et Julien M. Hendrickx (professeur en ingénierie mathématique à l’UCLouvain). Une prouesse d’ingénierie mathématique démontre précisément que la probabilité de ré-identifier avec certitude une personne sur base de quelques données socio-démographiques anonymisées, est de 99,98 %. En clair : non seulement on peut retrouver n’importe qui, mais la certitude d’avoir trouvé la bonne personne est quasi-totale.

Selon Luc Rocher, « les algorithmes de désidentification ont fonctionné. Mais depuis une dizaine d’années, le type de données que l’on collecte n’a plus rien à voir. Les procédés d’anonymisation ne permettent plus de protéger la vie privée. Notre article dit qu’effectivement on n’est jamais certain. Mais dès lors que l’on sait que l’on a un homme, qui a 30 ans, qui habite à Saint-Gilles, qui est né un 5 janvier, qui a une voiture de sport rouge, qui a deux enfants, du coup, la probabilité que cela décrive correctement quelqu’un d’autre que la personne que je recherche est extrêmement faible. » Dit autrement : la probabilité d’avoir identifié la personne est quasi totale. 99,98 % de certitude selon l’étude. Il suffit de 15 attributs pour retrouver une personne sur l’entièreté de la population américaine.

De quoi remettre en cause le RGDP? Les explications des chercheurs sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Koen Geens, «
humilié
» par Magnette.

    Négociations fédérales: faites ce que je dis, pas ce que je fais

  2. MR

    Le MR bruxellois, à rénover en profondeur

  3. Violaine Alonso (à g.), avocate en droit du travail au Barreau de Bruxelles, Chloé Harmel, assistante à l’UCLouvain en droit patrimonial de la famille, et Diane Bernard (à d.), professeure de philosophie du droit à Saint-Louis.

    Egalité des genres: «Le droit est un levier d’émancipation, mais aussi un des rouages d’une société inégalitaire»

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • Le prix de la souveraineté technologique européenne

    Sans vouloir plomber l’ambiance, commençons par la mauvaise nouvelle : en 20 ans, l’Europe a perdu la première manche de la révolution numérique. Naïve, elle a subi la montée en puissance des géants de la Silicon Valley, sans voir venir ceux de Chine. Docile, elle leur a abandonné sa souveraineté économique, technologique, culturelle. Les Etats-Unis abritent la moitié des licornes de la planète, ces start-up non cotées valorisées à plus d’un milliard. La Chine rafle la moitié des demandes de brevets dans le monde. Les Européens, eux,...

    Lire la suite