Accueil Opinions Chroniques

Le cas Taubira: quand la haine crée l’icône

Comme d’autres grandes figures de la gauche française avant elle, Christiane Taubira a été la cible d’anathèmes. Mais sa carrière politique n’est pas brisée pour autant. Au contraire : elle apparaît désormais comme la seule incarnation de la gauche des valeurs et des principes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il y a une constante de l’histoire de la gauche française, c’est qu’elle puise sa dynamique plus dans la haine de ses adversaires que dans l’amour des siens.

De tout temps, c’est la détestation de la droite et de l’extrême droite qui lui a permis de se confectionner des héros emblématiques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Michel-Julien Renette, mardi 2 février 2016, 11:56

    Je pense que, par honnêteté, elle ne se présentera pas contre Hollande (si c'est lui) et qu'elle n'entamera pas une basse vengeance; on va tenter de la racoler partout, vu son potentiel électoral. Elle, comme d'autres femmes de gouvernements, servent d'alibis non-sexistes. La gauche française, comme la francophone belge, est constituée d"économistes et d'arrivistes. On se croirait dans les "âmes mortes" de Nicolaï Gogol ou à la cour de Louis XIV.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs