Accueil Société

«Ça peut encore s’écrouler à tout moment»: «Le Soir» a pu visiter le chantier de Notre-Dame de Paris

Trois mois après l’incendie de la cathédrale, « Le Soir » a pu visiter le chantier de l’édifice. L’architecte en chef reste très inquiet, notamment à cause de la canicule. L’état d’urgence doit rester de mise, dit-il.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 7 min

Dans un préfabriqué monté sur le chantier, Philippe Villeneuve s’affaire d’abord à exposer l’évolution des travaux. L’architecte en chef commence par le constat clinique. « On a perdu une charpente, une flèche, une couverture et quelques éléments de voûtes », détaille-t-il, photos à l’appui. Puis viennent les éléments de consolation. « Aucun vitrail n’est détruit. On a des rosaces intactes. L’orgue est préservé. Aucun objet du mobilier n’est perdu. La chaire à prêcher est toujours là. La statue de Notre-Dame est même miraculée ». Très vite pourtant, l’inquiétude surgit. « Notre-Dame peut encore s’écrouler à tout moment », met en garde cet amoureux de la cathédrale. « À l’heure où je vous parle, je suis incapable de vous dire si les voûtes ne sont pas en train de tomber. L’état d’urgence doit rester de mise ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs