Accueil Sports Cyclisme Tour de France

Tour de France: c’est l’heure d’Egan Bernal

Le prodige d’Ineos, jugé comme le meilleur grimpeur du monde, débarque enfin sur son terrain, parmi les cols pointant au-delà de 2.000 mètres. Le Colombien s’attend à une bagarre avec Pinot, son alter ego hexagonal.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 4 min

Les prétendants à la victoire ont ménagé leur monture dans leur cheminement, égayé par les cigales déchaînées, sauf aux endroits où l’orage avait choisi de gronder et d’arroser les dos déjà trempés, mais de sueur et de la glace des gilets de refroidissement qui avait fondu.

Ils ont aussi ménagé leurs équipiers afin de ne pas les soustraire trop hâtivement à leur mission capitale, ce jeudi, lors de la première des trois étapes des Alpes. A l’exception notoire de Deceuninck - Quick-Step, qui a roulé à l’avant du peloton pour maintenir un rythme, ainsi qu’un écart acceptable sur l’échappée évidemment attendue, les autres ont calfeutré leur leader dans la mousseline, ce qui n’a pas pour autant réduit la chaleur accablante sur le goudron mou.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tour de France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs