Accueil Économie

Et si le cours du brut avait déjà atteint son plafond?

Le retour possible de l’Iran sur le marché et la résistance de la production américaine freinent la hausse. Analyse.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Le mouvement de balancier a déjà été maintes fois décrit : après les sommets du printemps 2014 (115 dollars le baril de Brent de la mer du Nord) et le creux de janvier dernier (47 dollars), le prix du pétrole a lentement repris son ascension (61 dollars ce vendredi).

Depuis mai cependant, le brut plafonne, échouant à repasser au-dessus de la barre des 70 dollars. Pourtant, le scénario était écrit : en refusant à deux reprises (en novembre 2014 et en juin 2015) d’abaisser sa production, l’Arabie saoudite (suivie bon gré mal gré par les autres pays de l’Opep), a choisi de mettre la pression sur l’industrie américaine du pétrole de schiste. C’est cette dernière qui, en quatre ans, a refait de l’Oncle Sam un des trois premiers producteurs mondiaux, et ainsi contribué à faire basculer le marché dans la surabondance, en même temps que la crise économique anémiait la demande.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs