Vague de chaleur: une journée de jeudi exceptionnellement chaude, la fin de l’alerte rouge prévue samedi

La Grand Place de Mons
La Grand Place de Mons - Roger Milutin

Depuis mardi la Belgique, sauf la Côte, est en alerte rouge aux fortes chaleurs. Jeudi sera la journée la plus chaude de cette vague de chaleur, et du siècle, avec 41 degrés attendus par endroits. L’IRM annonce que l’avertissement sera levé dès samedi, minuit.

Jeudi

La chaleur sera accablante avec des températures maximales oscillant entre 35 degrés en Hautes Fagnes et à la côte, autour de 38 degrés dans le centre et jusqu’à 40 degrés en Campine, voire localement un peu plus. Le vent d’est faible à modéré s’orientera au sud à sud-est. En cours d’après-midi, il deviendra parfois faible de directions variables. Des orages localisés pourront éclater.

Dans la soirée, le risque d’une averse isolée subsistera. Dans la nuit, le temps deviendra généralement sec avec la présence de nuages moyens et élevés. Les minima resteront très élevés avec, sur la plupart des régions, des valeurs comprises entre 19 et 26 degrés. Le vent sera faible à modéré d’est à sud-est.

Vendredi

La journée débutera sous le soleil, mais, dans le courant de la journée, nous prévoyons davantage de passages nuageux. Un vent d’ouest à nord-ouest se lèvera graduellement. L’atmosphère deviendra plus instable et quelques ondées orageuses isolées pourraient se développer l’après-midi. Le temps sera encore très chaud avec des maxima de 24 degrés le long du littoral à 38 degrés (ou plus) en Campine. La nuit suivante, les températures baisseront graduellement avec un risque croissant de pluie ou d’averses orageuses.

Samedi et dimanche

Le temps sera variable avec des averses orageuses et pluies parfois intenses. Les maxima seront compris entre 22 degrés en bord de mer et 28 degrés en Campine.

Dimanche, des pluies ou des averses orageuses toucheront encore nos régions. Maxima de 21 degrés en bord de mer à 28 degrés en Campine. Le vent sera faible à modéré de nord-ouest, s’orientant à l’ouest.

Nos dernières informations en direct

(Sur mobile)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite