Le parcours du GP Cerami raccourci d’une cinquantaine de kilomètres en raison de la chaleur

Le parcours du GP Cerami raccourci d’une cinquantaine de kilomètres en raison de la chaleur
Belga

Le parcours du 53e Grand Prix Cerami (1.1), qui relie jeudi Saint-Ghislain à Frameries, a été raccourci d’une cinquantaine de kilomètres en raison des fortes chaleurs. La course, qui s’élance jeudi midi de Saint-Ghislain, devait initialement relier Frameries après 209 km de course, mais elle en fera 50 de moins.

Une réunion « canicule » s’est tenue jeudi à Saint-Ghislain à l’issue du traditionnel briefing en présence des représentants des coureurs, des directeurs sportifs, des organisateurs, de la police et des services de secours. Il a été décidé de raccourcir le parcours de 50 km.

Les modifications du parcours interviennent dans la grande boucle dans la région de Chimay-Beaumont ainsi qu’à Frameries, où deux des trois tours de circuit local ont été supprimés.

Par ailleurs, un ravitaillement supplémentaire sera organisé à hauteur de Beaumont. Les ravitaillements seront permis du k 0 jusqu’à 10 km de l’arrivée, a indiqué le président du jury.

Un « point-fraîcheur » organisé par les pompiers est en outre prévu à Beaumont.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite