Brexit: les demandes de Boris Johnson sont «inacceptables», tacle Michel Barnier

Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit pour l’Union européenne
Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit pour l’Union européenne - Reuters

Les demandes de modifications de l’accord de divorce formulées par le Premier ministre britanniques Boris Johnson sont « inacceptables » et l’UE doit se préparer à une sortie du Royaume Uni sans accord, a averti jeudi le négociateur de l’UE Michel Barnier.

Les termes de l’accord de Brexit sont « inacceptables », déclare Boris Johnson

Boris Johnson « a déclaré que si un accord doit être conclu, il faut éliminer le filet de sécurité (sur la frontière irlandaise, ndlr). C’est évidemment inacceptable et ne relève pas du mandat du Conseil européen », a affirmé Michel Barnier dans un courriel adressé aux représentants des 27 autres Etats membres, vu jeudi par l’AFP.

Boris Johnson a promis de faire sortir le Royaume-Uni de l’UE coûte que coûte, soulignant jeudi qu’il «préférerait sortir de l’UE avec un accord». Le nouveau Premier ministre n’accepte pas la clause de sauvegarde qui permettrait d’éviter en dernier recours le retour d’une frontière physique entre l’Irlande et l’Irlande du nord, dite «backstop».

Sur cette question «notre position n’a pas changé non plus», a expliqué la porte-parole de la Commission, Mina Andreeva, lors d’un point presse. «Nous attendons du Royaume-Uni qu’il respecte ses engagements d’éviter une frontière dure tout en protégeant la place de l’Irlande dans le marché intérieur», a-t-elle déclaré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite