Alaphilippe après la 18e étape du Tour de France: «Je voulais absolument sauver mon maillot jaune»

©Belga
©Belga

Le Français Julian Alaphilippe continue d’étonner sur les routes du Tour de France. Le coureur de l’équipe belge Deceuninck-Quick Step, peut-être le meilleur coureur de courses d’un jour, arbore toujours la tunique jaune du leader alors qu’il ne reste que trois étapes, dont deux dans les Alpes. Jeudi, il a perdu quelques mètres sur les favoris peu avant le sommet du Galibier avant de résorber son retard au prix d’une fantastique descente.

« J’ai tout donné et je suis encore en jaune, je peux être satisfait », a-t-il déclaré jeudi au terme des 208 kilomètres entre Embrun et Valloire. « Je savais que j’allais me faire attaquer et c’est ce qui s’est passé. Je me suis senti pas trop mal jusqu’à l’attaque de Bernal puis de Thomas. C’est ce qui a changé le cours des choses, mais je me suis accroché. »

Basculant avec quelques secondes de retard sur les favoris, il a ensuite fait parler ses qualités de descendeur. « J’ai fait une descente en prenant beaucoup de risques je pense qu’il était impossible d’aller plus vite, mais je voulais absolument sauver mon maillot. Voilà, c’est chose faite. Je perds un peu de temps sur Bernal, mais ça aurait pu être bien pire, quand on voit comment s’est déroulée l’étape : c’était tout le temps à bloc », a ponctué Alaphilippe, qui compte 1 : 30 d’avance sur le Colombien Egan Bernal et 1 : 35 sur le Gallois Geraint Thomas, vainqueur sortant.

Un autre Français peut encore espérer l’emporter dimanche à Paris. En effet, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), impressionnant dans les Pyrénées, est 5e au général à 1 : 50. Il a cependant perdu une place jeudi suite à l’attaque de Bernal dans le Galibier. « Le bilan est moyen, je n’étais pas dans une grande journée », a-t-il avoué à l’arrivée. « Ces journées-là, il faut les passer. Il fallait suivre les meilleurs, mais on n’a pas réussi à suivre Bernal qui est très fort. Thomas a aussi fait une grosse attaque, on est revenu (sur lui) au sommet quand même. Maintenant, il y a deux arrivées au sommet, il se passera peut-être un petit peu plus de choses, j’espère avoir de meilleures sensations. Movistar était très fort, on s’en doutait. Entre Ineos et Movistar, il y a moyen d’y avoir beaucoup de mouvement. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il a remporté la Schwalbe Classic Adelaide ce dimanche. @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Caleb Ewan veut frapper d’entrée

  • @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Sam Bennett, la nouvelle attraction de Deceuninck

  • Les coureurs de Circus-Wanty-Gobert peaufinent leur condition à Alfas del Pi.

    Par Eric Clovio, Envoyé spécial à Alfas del Pi

    Route

    Pour Circus-Wanty Gobert, le printemps sera chaud

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite