Tour de France: pour Tiesj Benoot, la 6e place à Valloire était «la meilleure possible»

©Belga
©Belga

Tiesj Benoot a franchi la ligne d’arrivée de la 18e étape du Tour de France en 6e position, la première dans les Alpes, jeudi à Valloire. « C’était la meilleure que nous pouvions atteindre », a déclaré le premier Belge de la journée après la course. « Je ne peux pas battre les meilleurs grimpeurs. »

Benoot s’est glissé dans la première échappée avec ses coéquipiers De Buyst et Wellens. Lorsque le porteur du maillot de montagne a eu du mal au col d’Izoard, Benoot a dû l’attendre. C’étaient les instructions de l’équipe. À la télévision, le Gantois secoua la tête. Après l’arrivée, Wellens a indiqué qu’il aurait préféré que Benoot se laisse glisser un peu plus vite pour l’aider.

« Je me sentais bien à ce moment-là », a répondu Benoot, « alors j’ai pensé qu’il serait plus sage de prendre des points, mais l’équipe m’a demandé d’attendre Tim. Je n’étais pas d’accord, il y a eu quelques discussions, mais c’est la tactique et vous avez pu voir que j’ai écouté Frederik Willems. J’ai attendu Tim, nous sommes revenus après et il a essayé d’aborder le Galibier avec un peu d’avance, mais c’était très difficile et il n’a plus pris de points. Nous avons été battus sur notre valeur par les meilleurs grimpeurs et nous avons perdu le maillot de la montagne. »

Il a lui-même terminé à la sixième place. « Je me suis complètement vidé. À la fin, j’ai même eu quelques crampes. Je me sentais bien, mais je n’ai certainement pas eu une super journée. Je n’en ai pas eue depuis mon accident, mais aujourd’hui était un de mes meilleurs jours. C’est juste dur contre ces poids légers à une telle altitude. Il faut se mesurer à des grimpeurs qui ne visent plus le classement général et qui accompagnent le groupe de tête. C’est dur de les battre, mais je suis content d’avoir essayé. Une sixième place était la meilleure que nous pouvions obtenir. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • EPA

    Par Sébastien Close

    Route

    Tour d’Espagne: l’inhabituelle disette d’Alejandro Valverde

  • Geoghegan Hart (à droite) appartient à Ineos, ce qui a fait la différence, selon Gérard Bulens.

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Gérard Bulens: «Les statistiques d’Ineos parlent d’elles-mêmes»

  • @AFP

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Tao Geoghegan Hart rend des couleurs à Ineos

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous