Trains bondés, bloqués, malaises,... : les voyageurs ont souffert à cause de la vague de chaleur (vidéos)

Trains bondés, bloqués, malaises,... : les voyageurs ont souffert à cause de la vague de chaleur (vidéos)
Belga

Le réseau ferroviaire belge, dont les rails sont réglés pour supporter une température moyenne de 25°C, est soumis à rude épreuve ces derniers jours alors que mercure grimpe à plus de 40°C. Sans compter les trains qui sont bondés vers la Côte ou les trains sans climatisation.

Trains surchargés

Plusieurs voyageurs ayant fait un malaise ont été pris en charge à leur arrivée à Gand après un trajet à bord de trains surchargés depuis la Côte, a signalé jeudi la police locale de Gand. L’information a été confirmée par la SNCB. Leur nombre n’a pas été déterminé, mais les services d’urgence sont sur place pour assurer les premiers soins.

A la suite de nombreuses perturbations sur le rail, plusieurs trains ont pris la direction de Gand-Saint-Pierre avec de très nombreux voyageurs à leur bord. Certaines personnes ont souffert de l’absence de climatisation à bord de leur train et du nombre important de voyageurs.

Le service de sécurité de la SNCB a fait appel aux services d’urgence pour fournir aux voyageurs les premiers soins en gare de Gand.

La SNCB indique qu’elle affrétera des trains supplémentaires pour amener tout le monde à destination.

La circulation ferroviaire perturbée

Plusieurs trains ont été bloqués jeudi après-midi à la suite de problèmes avec les caténaires,. L’ensemble du réseau a été t impacté. Un train à grande vitesse Thalys est notamment coincé entre Bruxelles et Malines, tandis que deux trains de la SNCB ont été immobilisés entre Courtrai et Audenarde.

Des problèmes de caténaires ont également été constatés entre Courtrai et Audenarde. Deux trains y sont bloqués avec 60 passagers à bord.

Le trafic entre Malines et Puurs a lui aussi été interrompu en raison d’un incendie à proximité des voies.

Par prévention, la SNCB a décidé d’arrêter progressivement la circulation de ses trains roulant au diesel. Au total, six lignes sont concernées.

Des trains roulent au diesel sur des portions du rail qui ne sont pas pourvues de caténaires. Les six liaisons supprimées sont: Hasselt - Mol, Hasselt - Hamont, Eeklo - Gand, De Pinte - Renaix, Melle - Grammont et Charleroi - Couvin. Des bus de remplacement sont prévus, peut-on lire sur le site de la SNCB.

Thalys cesse sa vente de tickets

La compagnie Thalys conseille quant à elle à ses voyageurs de reporter leur voyage prévu ce jeudi à un autre jour. Un échange de tickets sans frais est garanti par cet opérateur. La compagnie ferroviaire a arrêté sa vente de tickets. Ses trains circuleront vendredi, mais des perturbations importantes (retards et annulations) sont à attendre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite