Bruxelles: le projet de billet unique de transport bloqué en attendant la formation des nouveaux gouvernements

Le projet de billet unique entre les opérateurs de transport public – Stib, Tec, De lijn et SNCB – était prêt, mais il ne pourra pas aboutir pour la rentrée
Le projet de billet unique entre les opérateurs de transport public – Stib, Tec, De lijn et SNCB – était prêt, mais il ne pourra pas aboutir pour la rentrée - PhotoNews

Le projet de billet unique entre les opérateurs de transport public – Stib, Tec, De lijn et SNCB – était prêt, mais il ne pourra pas aboutir pour la rentrée, selon La Libre. Il faudra attendre la formation des nouveaux gouvernements (flamand, wallon et fédéral), affaires courantes oblige.

Ce billet unique permettant de voyager avec l’ensemble des opérateurs dans la capitale et en périphérie avait été annoncé en janvier par la SNCB. L’objectif est de pousser les navetteurs à délaisser leur véhicule pour se rendre à Bruxelles sans devoir payer plusieurs abonnements. Jean-Pierre Hansen, responsable RER à la SNCB, avait précisé que le projet devait être avalisé par le Comité exécutif des ministres de la Mobilité (CEMM) quelques jours plus tard.

Difficulté à s’accorder

La Libre a appris qu’il n’en fut rien. Aucun CEMM n’a pu être organisé avant les élections. Le projet est donc reporté aux calendes grecques. En réalité, le dossier se heurte à des difficultés politiques depuis 2006. Les décisions reviennent au CEMM, puis le CEMM ne décide rien en raison de divergences régionales et des obstacles institutionnels.

Les quatre opérateurs auraient aussi du mal à s’accorder. La tarification et la manière de répartir les recettes sont au coeur des difficultés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite