Suite aux appels de Trump, les Etats-Unis programment cinq exécutions fédérales après 16 ans d’interruption

Suite aux appels de Trump, les Etats-Unis programment cinq exécutions fédérales après 16 ans d’interruption

Le gouvernement américain a annoncé jeudi la reprise des exécutions au niveau fédéral après seize ans d’interruption, en écho aux appels répétés du président Donald Trump d’utiliser davantage la peine capitale. Le ministère de la Justice a adopté un nouveau protocole d’injection létale et a programmé cinq exécutions dans un pénitencier fédéral à Terre Haute dans l’Indiana (nord) en décembre 2019 et janvier 2020.

Peine de mort: 690 exécutions sur l’année 2018, un chiffre en baisse, selon Amnesty International

Elles doivent concerner cinq hommes condamnés par des jurys fédéraux pour avoir tué, et parfois torturé et violé, des enfants ou des personnes âgées, et qui ont épuisé tous les recours légaux, selon les autorités. «Nous devons, pour les victimes et leurs familles, appliquer les peines déclarées par notre système judiciaire», a justifié Bill Barr, ministre de la Justice, cité dans un communiqué.

Donald Trump, qui brigue un second mandat en 2020, réclame régulièrement un usage renforcé de la peine capitale, notamment pour les tueurs de policiers, les islamistes ou pour lutter contre le trafic de drogue. Il l’avait également réclamée après la tuerie dans une synagogue de Pittsburgh en octobre 2018 (11 morts).

Selon les sondages, le soutien pour la peine de mort s’est érodé chez les Américains qui ne sont plus que 54% à y être favorables pour les meurtriers, contre environ 80% au début des années 1990. Mais il existe d’énormes différences selon les affiliations politiques: 77% des républicains la jugent justifiée en cas de meurtre, contre 35% des démocrates.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous