Le Belge qui a un bien à l’étranger est lésé fiscalement, l’UE veut que cela change

Le Belge avec un bien à l’étranger est donc discriminé.
Le Belge avec un bien à l’étranger est donc discriminé. - Pierre-Yves Thienpont.

C’est un litige qui oppose la Commission européenne à la Belgique depuis 2007 et qui a sans doute coûté cher aux Belges qui ont un bien immobilier à l’étranger. L’institution européenne considère que la manière dont notre pays calcule les revenus locatifs des Belges se traduit dans les faits par des différences de traitement fiscal qui découragent de facto l’achat de biens immobiliers à l’étranger.

Elle a donc demandé à la Cour de justice de l’UE, jeudi, d’astreindre notre pays à des pénalités financières.

Rien fait pour se conformer

Tout commence donc en 2007, selon le ministère belge des Finances. La Commission lui signale que la méthode de calcul, différente pour déterminer le revenu d’un résident belge tiré de biens immobiliers dans l’UE (ou l’espace économique européen), se traduit par une valeur plus élevée que pour un bien secondaire en Belgique. Qu’ils soient louées ou non loués. Concrètement, pour les biens en Belgique, les revenus locatifs sont calculés sur base de la valeur cadastrale alors que sur les biens à l’étranger, ils le sont sur la valeur locative réelle de ces biens. Or, la valeur cadastrale a été fixée en 1975 et ne reflète donc plus la valeur locative actuelle d’un immeuble.

C’est donc une valeur plus élevée qui est prise en compte comme assiette fiscale ou comme référence pour déterminer le taux d’imposition sur les biens immobiliers à l’étranger. Le Belge avec un bien à l’étranger est donc discriminé. La Commission européenne considère qu’il s’agit d’une entrave à la libre circulation des capitaux. En 2012, elle demande donc à la Belgique de modifier sa législation, en ouvrant une « procédure d’infraction » à l’encontre de notre pays.

5.000 euros d’astreinte

La Cour de Justice européenne a donné raison à la Commission en avril 2018. Mais la Belgique n’a rien fait pour se mettre en conformité. L’administration fiscale nous dit qu’un accord devra être trouvé sur une adaptation de la législation belge et qu’il faudra une majorité parlementaire.

En attendant, si la Cour suit la Commission, la Belgique devra payer des astreintes de près de 5.000 euros par jour calendrier (avec une somme forfaitaire minimale de 2 millions d’euros) depuis l’arrêt de la Cour d’avril 2018 jusqu’à ce qu’elle change sa législation. S’ajoutera à ces pénalités des astreintes journalières de 22.000 euros. On en est donc déjà à près de 12 millions d’euros de sanctions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite