Le Belge qui a un bien à l’étranger est lésé fiscalement, l’UE veut que cela change

Le Belge avec un bien à l’étranger est donc discriminé.
Le Belge avec un bien à l’étranger est donc discriminé. - Pierre-Yves Thienpont.

C’est un litige qui oppose la Commission européenne à la Belgique depuis 2007 et qui a sans doute coûté cher aux Belges qui ont un bien immobilier à l’étranger. L’institution européenne considère que la manière dont notre pays calcule les revenus locatifs des Belges se traduit dans les faits par des différences de traitement fiscal qui découragent de facto l’achat de biens immobiliers à l’étranger.

Elle a donc demandé à la Cour de justice de l’UE, jeudi, d’astreindre notre pays à des pénalités financières.

Rien fait pour se conformer

Tout commence donc en 2007, selon le ministère belge des Finances. La Commission lui signale que la méthode de calcul, différente pour déterminer le revenu d’un résident belge tiré de biens immobiliers dans l’UE (ou l’espace économique européen), se traduit par une valeur plus élevée que pour un bien secondaire en Belgique. Qu’ils soient louées ou non loués. Concrètement, pour les biens en Belgique, les revenus locatifs sont calculés sur base de la valeur cadastrale alors que sur les biens à l’étranger, ils le sont sur la valeur locative réelle de ces biens. Or, la valeur cadastrale a été fixée en 1975 et ne reflète donc plus la valeur locative actuelle d’un immeuble.

C’est donc une valeur plus élevée qui est prise en compte comme assiette fiscale ou comme référence pour déterminer le taux d’imposition sur les biens immobiliers à l’étranger. Le Belge avec un bien à l’étranger est donc discriminé. La Commission européenne considère qu’il s’agit d’une entrave à la libre circulation des capitaux. En 2012, elle demande donc à la Belgique de modifier sa législation, en ouvrant une « procédure d’infraction » à l’encontre de notre pays.

5.000 euros d’astreinte

La Cour de Justice européenne a donné raison à la Commission en avril 2018. Mais la Belgique n’a rien fait pour se mettre en conformité. L’administration fiscale nous dit qu’un accord devra être trouvé sur une adaptation de la législation belge et qu’il faudra une majorité parlementaire.

En attendant, si la Cour suit la Commission, la Belgique devra payer des astreintes de près de 5.000 euros par jour calendrier (avec une somme forfaitaire minimale de 2 millions d’euros) depuis l’arrêt de la Cour d’avril 2018 jusqu’à ce qu’elle change sa législation. S’ajoutera à ces pénalités des astreintes journalières de 22.000 euros. On en est donc déjà à près de 12 millions d’euros de sanctions.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite