Accueil Culture Livres

Un tax shelter dans le secteur de l’édition ? Gare aux Dalton de l’évasion fiscale

Plus de la moitié du chiffre d’affaires de l’édition belge francophone provient de la BD. Faut-il l’aider, comme semblent y réfléchir plusieurs partis politiques ? Sans doute, mais en gardant un œil sur les montages fiscaux des maisons d’édition.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Que pèse le secteur du livre aujourd’hui en Fédération Wallonie-Bruxelles ? Un chiffre d’affaires annuel d’un peu plus d’un quart de milliard (en langue française et néerlandaise), dans lequel – attention ! – la littérature générale en langue française ne pèse même pas un quart de… million. Et pour cause : les grands noms belges de la littérature générale (Nothomb, Schmitt, Damas, Dieudonné, Job, Gunzig, etc.) sont presque tous en écurie française, casaque parisienne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Chronique «Je crois à la vertu des petits peuples»

Le trajet accompli est immense, mais il reste tant de livres néerlandophones à découvrir. La revue « Septentrion » fête 50 ans de publications d’informations culturelles sur le monde néerlandophone, pour le rapprocher de la francophonie. Un projet jugé téméraire à l’époque.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs