Le discours émouvant d’un présentateur de CNN après de nouveaux tweets racistes de Trump (vidéo)

Le discours émouvant d’un présentateur de CNN après de nouveaux tweets racistes de Trump (vidéo)
Capture d’écran

Agacé par les propos de Trump sur Baltimore et sur l’élu afro-américain Elijah Cummings, l’un des présentateurs de la chaîne CNN Victor Blackwell n’a pas pu s’empêcher de lui répondre en direct. « Le président dit à propos du district de cet élu que ‘aucun humain ne veut vivre là’. Vous savez qui a vécu là monsieur le président? Moi. Du jour où l’on m’a ramené de l’hôpital au jour où je suis parti à l’université. Et beaucoup de gens auxquels je tiens y habitent toujours. Il y a des choses à améliorer, c’est sûr », a expliqué le présentateur, avant de mettre en lumière les côtés positifs complètement mis de côté par le président américain.

« Mais les gens sont fiers de leur communauté. (...) Les gens se réveillent et vont travailler là-bas, ils s’occupent de leur famille et aiment leurs enfants qui ont prêté allégeance au drapeau américain... Tout comme les gens qui habitent dans des district d’élus qui vous soutiennent monsieur. Ils sont Américains aussi », a-t-il ajouté les yeux aux larmes. Un discours déjà vu plus d’un million de fois en quelques heures.

Victor Blackwell n’a pas hésité à pointer du doigt le racisme récurrent de Donald Trump : « Infesté. C’est un mot que l’on réserve d’habitude à des références aux insectes. (...) Donald Trump a tweeté plus de 43.000 fois. Il a insulté des milliers de gens, des gens différents. Mais lorsqu’il tweete à propos de ‘l’infection’, c’est à propos des Noirs et des Latinos” ». A l’appui, plusieurs tweetes critiques de Trump sur des élus démocrates aux origines afro-américaine ou portoricaine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Donald Trump s’est montré déterminé à s’assurer que son mouvement populiste gardera bien le contrôle d’un Parti républicain qui peine à masquer ses divisions.

    Etats-Unis: le grand retour de Donald Trump

  • Joe Biden n’abandonne pas la hausse du salaire minimum; il préfère l’obtenir par d’autres voies.

    Joe Biden ajourne la hausse du salaire minimum

  • Le périmètre de sécurité, avec ses arêtes hérissées de lames de rasoir et ses gardes nationaux lourdement armés, «donne des airs de base militaire au siège de notre démocratie», regrette une élue. © EPA.

    Danger maximal contre le Congrès et Joe Biden

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous