Accueil Belgique Politique

Le vote Vlaams Belang échappe aux radars

D’où vient le vote qui a placé le Vlaams Belang en position de force dans les négociations pour la composition d’un gouvernement ? Les résultats des élections du 26 mai confrontent les observateurs à une donne politique inédite, qui consacre notamment la rupture entre le Nord et le Sud.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Pour trouver dans quelle réalité sociale, économique ou politique s’est ancré le bilan du scrutin, Le Soir a mis côte à côte les résultats des élections fédérales, pour toutes les communes du pays, et une série d’indicateurs statistiques, à la même échelle. Nous avons choisi ceux-ci en fonction des thématiques fortes du programme du Vlaams Belang et des intuitions sur lesquelles reposaient certaines analyses « à chaud » : chômage (des jeunes en particulier), pensions, communes riches ou pauvres, densité de population, nombre d’étrangers, ou encore âge moyen de la population.

Alors que l’exercice permet d’établir des liens évidents (entre vote à gauche et taux de chômage, par exemple), les chiffres du Vlaams Belang interrogent. Comme si ce dernier échappait, d’une certaine manière aux radars, là où les autres partis, flamands y compris, sont plus « lisibles ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs