Accusé de mener une «campagne de haine», Donald Trump se défend

Donald Trump
Donald Trump - AFP

Donald Trump s’est défendu dimanche des nouvelles accusations de racisme déclenchées par sa diatribe de la veille contre un élu noir et la ville de Baltimore. Une tactique électorale risquée et assumée que ses opposants dénoncent comme une « campagne de haine ».

« Un désordre dégoûtant, infesté de rats et autres rongeurs », un « endroit très dangereux et sale » où « aucun être humain ne voudrait vivre » : le président américain a dépeint samedi en quelques tweets un tableau infâme de Baltimore, ville industrielle majoritairement noire minée par les problèmes sociaux, la drogue et la violence.

Ces attaques visaient en premier lieu Elijah Cummings, représentant de l’Etat du Maryland au Congrès, qui avait critiqué la semaine précédente les conditions de détention des mineurs à la frontière avec le Mexique.

► Trump accusé de racisme après des attaques contre un élu noir

Réponses indignées chez les Démocrates

Elles ont provoqué une volée de réponses indignées au sein de l’opposition, la chef des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi les qualifiant notamment de « racistes ».

« Les démocrates jouent toujours la carte du racisme, alors qu’ils ont en réalité fait si peu pour les formidables Afro-Américains de notre pays », a répondu dimanche matin Donald Trump sur Twitter.

« Que quelqu’un explique à Nancy Pelosi (…) qu’il n’y a rien de mal à souligner l’évidence : le représentant Elijah Cummings a fait du très mauvais travail pour son district et la ville de Baltimore », a-t-il insisté.

Comme lorsqu’il avait invité mi-juillet quatre élues démocrates issues de minorités à « retourner » dans leur pays, ses nouveaux propos ont été commentés avec parcimonie au sein de son camp.

« Le président a raison de dire que cela n’a absolument rien à voir avec la race », a déclaré dimanche sur la chaîne conservatrice Fox News le directeur de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney. L’élu républicain du Texas Will Hurd a confié de son côté sur ABC qu’il n’aurait « pas tweeté de cette façon ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite