Coalition fédérale: gouverner avec la N-VA n’est toujours pas une option, selon Paul Magnette

Coalition fédérale: gouverner avec la N-VA n’est toujours pas une option, selon Paul Magnette
Le Soir

Gouverner avec la N-VA n’est toujours pas une option pour le PS, a rappelé lundi Paul Magnette à l’issue du Bureau des socialistes francophones.

Dimanche soir, les informateurs royaux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), ont réuni le PS, la N-VA, le MR, l’Open Vld, le CD&V, Groen et le sp.a pour leur présenter la note qu’ils ont préparée dans le cadre de leur mission.

«C’était une première discussion. Chacun a répété son point de vue et rien d’autre», a expliqué Magnette.

Les discussions fédérales entre le PS et la N-VA irritent-elles Ecolo? «Aucun problème», assure Nollet

C’était la première fois que le PS rencontrait la N-VA depuis longtemps. Les socialistes n’ont toutefois pas changé d’attitude. Il demeure impossible de négocier avec les nationalistes flamands dans le cadre de la formation d’un gouvernement fédéral.

«Ca reste pour nous impossible. Si on voit le programme socio-économique, les idées sur les droits de l’homme ou la migration, et ce genre de choses, je ne vois pas comment ce serait possible», a commenté le bourgmestre de Charleroi, qui a participé dimanche à la réunion des informateurs.

En tant que telle, il n’y a d’ailleurs pas eu de discussion directe entre PS et N-VA. Magnette n’a échangé avec Bart De Wever qu’"autour du buffet», a-t-il ironisé.

Globalement, il semble que les points de vue des différents parti demeurent très éloignés. «C’était une réunion au cours de laquelle les informateurs ont fait rapport des différentes réunions bilatérales qu’ils ont eues avec les uns et les autres, de ce que sont les problèmes à aborder. C’est assez facile de savoir ce sur quoi il faut se pencher. Tout le monde est pour le plein emploi, qu’il y ait plus de croissance, de lutter contre la pauvreté ou le réchauffement climatique. La question, c’est comment on y arrive? C’est beaucoup plus difficile et, entre les sept partis à la réunion, on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de points communs», a ajouté Magnette.

Le porte-parole du PS durant la campagne électorale estime d’ailleurs qu’il ne faut pas se concentrer uniquement sur les rapports entre le PS et la N-VA, premiers partis de leur communauté linguistique. Les divergences des socialistes avec les libéraux sont également fortes, comme le sont celles entre Groen et les libéraux ou la N-VA.

Alors que les libéraux ou le CD&V appellent régulièrement PS et N-VA à se parler, Magnette a rappelé qu’il y avait d’"autres options que la N-VA» pour former un gouvernement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite