Des lignes ferroviaires menacées de disparition: «Une honte face à l’urgence climatique», réagit une députée CDH

Des lignes ferroviaires menacées de disparition: «Une honte face à l’urgence climatique», réagit une députée CDH
Belga

La menace de suppression qui pèse sur les lignes ferroviaires est une honte face à l’urgence climatique et à la nécessité de connecter les zones rurales au transport en commun », a affirmé lundi la députée CDH Vanessa Matz. Selon les quotidiens L’Echo et De Tijd qui en faisaient état dans leurs éditions de samedi, le gestionnaire du réseau Infrabel, menacerait de fermer 12 lignes de chemin de fer en Wallonie et une en Flandre, faute de moyens.

« Nous ne voulons pas d’une politique de développement de la mobilité à deux vitesses », dit le PS

Aux yeux de Mme Matz, « l’inscription dans la loi du maintien de l’intégralité du réseau ferroviaire est un fait. Cette mention a pu être inscrite alors que le ministre Bellot n’en voulait pas, sous l’impulsion du ministre CDH Carlo Di Antonio. Cela doit rester une réalité ». Le CDH appelle le gouvernement fédéral à entendre le message porté par la population, en particulier lors des mobilisations en faveur du climat.

« Il ne faut pas aggraver la situation après les 2 milliards d’économie qui ont déjà été opérés sur la SNCB lors de cette législature », insiste Vanessa Matz. Pour elle, des moyens complémentaires sont indispensables pour l’entretien, la sécurité et les projets stratégiques à l’instar du RER.

« Hors de question »

La députée CDH a par ailleurs souligné que le maintien des petites lignes ferroviaires était indispensable à la mobilité des citoyens, particulièrement dans les zones rurales où elles sont parfois le seul moyen pour se rendre au boulot ou à l’école et participent ainsi à une forme d’équité sociale et économique.

Selon elle, le CDH continue à s’opposer, comme il le fait depuis des années, à un transport de masse centralisé et à militer pour une offre de mobilité efficace : « Demander à la population de prendre les transports en commun et en même temps diminuer l’offre illustre l’absurdité dans laquelle nos concitoyens sont plongés. C’est hors de question ».

Le CDH a enfin dénoncé le manque de concertation entre les deux entités SNCB et Infrabel : l’une proposant une augmentation de la fréquence sur certaines de ces lignes et l’autre leur suppression.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite