Rentrée scolaire: pénurie sévère d’enseignants à Bruxelles et en Wallonie

Dans cet article
Photo d’illustration
Photo d’illustration - Mathieu Golinvaux

Pour l’année scolaire 2019/2020, les écoles vont manquer de professeurs de langues, mais aussi de français ou de sciences, rapportent les titres Sudpresse mardi qui ont obtenu auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles la liste des fonctions en pénurie dans l’enseignement maternel, primaire et secondaire.

Dans le fondamental, à savoir l’enseignement maternel et primaire, une pénurie généralisée concerne les instituteurs maternels et primaires. Certaines zones sont plus touchées, avec des pénuries sévères d’instituteurs maternels et primaires dans les zones de Bruxelles, Namur, Luxembourg, Mons-Hainaut centre, Wallonie picarde.

Dans l’enseignement secondaire, la pénurie est sévère aussi pour les professeurs de langues (anglais ou néerlandais) dans quasi toutes les zones, hormis Verviers (où des professeurs d’allemand manquent à l’appel).

« Que ce soit en primaire ou en secondaire, les langues souffrent d’une certaine pénurie », confirme Conrad Van de Werve, directeur de la communication au Segec, Secrétariat général de l’enseignement catholique. « On estime qu’en moyenne, deux heures de cours par semaine ne peuvent pas être assurées à cause de la pénurie ».

En plus des cours de langues, en secondaire, on souffre également d’un manque de profs de français, de mathématiques, de sciences, de latin ou de sciences économiques. D’autres pénuries sévères concernent la géographie, notamment en Brabant wallon, à Mons, Namur et en Luxembourg.

Téléchargez l’application «Le Soir» pour ne rien manquer de l’actu

Téléchargez l’application «Le Soir» pour ne rien manquer de l’actu

Parce que l’actu continue, même durant les vacances, téléchargez l’application «Le Soir» dès maintenant sur votre smartphone ou tablette et accédez gratuitement à tous les articles de la rédaction (analyses, décodages, entretiens...) en illimité pendant 1 mois. Pour rester informé où que vous soyez, 24h/24!

Découvrez tous les avantages

Sur iOS  : téléchargez ICI

Sur Android  : téléchargez ICI.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite