Etats-Unis: «Je suis la personne la moins raciste du monde», affirme Donald Trump

Etats-Unis: «Je suis la personne la moins raciste du monde», affirme Donald Trump
EPA

Le président américain Donald Trump s’est défendu mardi des accusations de racisme à son encontre après ses attaques répétées des derniers jours contre un pasteur et un élu noirs et la ville de Baltimore.

► Trump accusé de racisme après des attaques contre un élu noir

«Je suis la personne la moins raciste au monde», a-t-il déclaré à des journalistes depuis les jardins de la Maison Blanche.

«Aucun autre président n’a fait autant que moi pour les Afro-Américains», a-t-il avancé en soulignant que le chômage des Noirs n’avait «jamais été aussi bas dans l’histoire» des Etats-Unis.

Accusé de mener une «campagne de haine», Donald Trump se défend

Trump s’en est pris violemment ce week-end à l’élu démocrate de Baltimore Elijah Cummings, qualifiant sa circonscription de lieu «dégoûtant infesté de rats», et d’«endroit très dangereux et sale» où «aucun être humain ne voudrait vivre».

Le président assure avoir reçu de nombreux appels de «la communauté afro-américaine» pour le «remercier de (son) implication» sur le sujet et le féliciter que «quelqu’un dise enfin la vérité».

Il a également accusé lundi le révérend Al Sharpton, figure du mouvement de défense des droits des Noirs, d’être un «escroc» qui «déteste les Blancs et les policiers».

«Je m’entendais bien avec Al Sharpton. Maintenant, c’est un raciste», a insisté mardi Trump.

Le milliardaire républicain avait déjà affirmé mi-juillet qu’il n’y avait pas «une once de racisme» en lui après avoir invité quatre élues démocrates issues de minorités à «retourner» dans leur pays d’origine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite