Blessé au Tour de France, Thibaut Pinot sera au repos sportif durant 20 jours

@AFP
@AFP

Thibaut Pinot, blessé à la cuisse, avait dû quitter, en pleurs, les routes du Tour de France vendredi dernier lors de la 19e étape de la Grande Boucle. Le Français de 29 ans va devoir observer une période de repos sportif d’une vingtaine de jours, a annoncé mardi son équipe Groupama-FDJ.

« Thibaut Pinot a réalisé des examens complémentaires mardi et ils confirment une lésion du vaste médial de la cuisse gauche, avec un hématome inter-aponévrotique, nécessitant un repos sportif de 20 jours », a écrit l’équipe cycliste World Tour sur Twitter.

Pinot avait dominé les Pyrénées en gagnant l’étape du Tourmalet et en prenant le meilleur sur ses rivaux, le lendemain, dans la montée du Prat d’Albis au-dessus de Foix. Il occupait la 5e place du classement à 1 : 50 de Julian Alaphilippe, vendredi matin, au départ de Saint-Jean-de-Maurienne.

Dans le Tour de France, le dernier vainqueur du Tour de Lombardie a connu des hauts et des bas. Il est monté sur le podium en 2014 (3e), il a enlevé trois étapes mais a aussi connu quatre abandons (2013, 2016, 2017 et 2019) dont lors de ses trois dernières participations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite