Etats-Unis: plus de 900 enfants migrants séparés de leurs parents depuis un an

Etats-Unis: plus de 900 enfants migrants séparés de leurs parents depuis un an

Plus de 900 enfants migrants ont continué à être séparés de leurs familles à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique depuis un an, bien que le gouvernement Trump ait affirmé avoir mis un terme à cette politique, selon un puissant groupe américain de défense des droits civiques mardi.

>L’ONU «profondément choquée» par les conditions de détention de migrants aux Etats-Unis

Cette organisation, l’ACLU, affirme dans des documents judiciaires déposés devant un tribunal fédéral de San Diego, en Californie, que l’administration Trump accuse certains parents migrants de délits mineurs --y compris des infractions routières-- ou de négligence afin de continuer à les séparer de leurs enfants.

L’ACLU fournit de nombreux exemples d’enfants séparés, dont près de 20% d’entre eux ont moins de cinq ans selon elle.

Parmi les migrants concernés, un père séparé de sa fille d’un an pour n’avoir pas changé sa couche, un autre séparé de son fils pour n’avoir pas pu répondre aux questions des agents à la frontière à cause d’un trouble de la parole, ou encore un troisième parce qu’il était atteint du VIH.

Le gouvernement du président Donald Trump avait décrété au printemps une politique de «tolérance zéro» envers l’immigration illégale qui avait conduit à la séparation de nombreuses familles. Une politique qui avait suscité un tollé aux Etats-Unis et à l’étranger.

En juin 2018, le locataire de la Maison Blanche avait ordonné d’y mettre un terme, puis un juge avait ordonné de réunir les familles divisées, sauf si les parents présentaient un danger pour leurs enfants.

Le gouvernement américain a depuis affirmé qu’il ne procédait à des séparations que si les parents présentaient un risque.

390.000 familles arrêtées depuis le 1er octobre

«Il est choquant que l’administration Trump continue à séparer des bébés de leurs parents», a déclaré Lee Gelernt, avocat pour l’ACLU. «Plus de 900 familles rejoignent les milliers d’autres qui ont précédemment été déchirées par cette politique cruelle et illégale».

Seule une minorité de ces 900 enfants séparés depuis juin de l’année dernière sont réellement en danger avec leurs parents, selon l’ACLU.

L’organisation demande au tribunal de clarifier les critères selon lesquels ces séparations peuvent avoir lieu.

Un chiffre similaire à celui avancé par l’ACLU avait été évoqué par le ministre par intérim de la Sécurité intérieure, Kevin McAleenan, lors d’une audition au Congrès mi-juillet. Il avait qualifié les séparations de «rares» désormais.

Environ 390.000 familles ont été arrêtées à la frontière sud des Etats-Unis depuis le 1er octobre, selon les statistiques des garde-frontières américains.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite