Nabil Dirar s’emporte contre son coach et ses supporters lors de la déroute du Fenerbahçe face au Bayern (vidéo)

Capture vidéo Twitter @RMCsport
Capture vidéo Twitter @RMCsport

Fenerbahçe a passé une sale soirée ce mardi. Le club turc a véritablement sombré face au Bayern Munich en s’inclinant 6-1 en demi-finale de l’Audi Cup. Nabil Dirar (ex-Westerlo et Club de Bruges) a particulièrement mal vécu cette rencontre.

Monté au jeu à la 24e minute, Dirar, avec le brassard de capitaine, a commis une énorme bourde devant Thomas Muller, permettant à l’Allemand d’inscrire le 3e but bavarois de la soirée. Le voilà alors sifflé tout au long du match par les supporters turcs venus en nombre. Une colère du public qui a fait craquer le Marocain. À la 73e, il met volontairement le ballon en touche et sort du terrain, tout en bousculant son coach. Le staff du Fener intervient alors pour calmer les esprits, tout comme ses équipiers. Même Muller est venu lui adresser un mot. Dirar a finalement repris sa place sur la pelouse, alors que son entraîneur demandait au public de soutenir l’équipe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite