En colère, des fans coréens vont en justice et réclament des dédommagements car Ronaldo n’a pas joué lors d’un amical

©Photonews
©Photonews

À quelques semaines de reprendre la compétition, les clubs européens voyagent aux quatre coins du monde pour se préparer, mais aussi pour aller à la rencontre de leurs supporters. C’est notamment le cas de la Juventus de Turin qui est allée en Corée du Sud pour affronter une équipe all-stars du championnat local le 26 juillet dernier à Séoul. Pourtant, les supporters ont quitté le stade en colère… et entament même une action en justice !

La raison est bien simple : Cristiano Ronaldo a passé l’intégralité du match sur le banc, alors qu’un contrat avec les organisateurs stipulait un temps de jeu de 45 minutes. Les fans sud-coréens se sont sentis lésés, exprimant leur colère en scandant le nom de… Lionel Messi, le grand rival du Portugais. Les organisateurs n’ont rien pu faire pour changer la situation. « Je suis allé voir Pavel Nedved (vice-président de la Juventus), il m’a dit qu’il était lui aussi déçu. ‘Il ne voulait pas jouer, je suis désolé je ne peux rien faire’ a été sa réponse », a expliqué l’un d’eux auprès de l’agence Reuters.

Deux supporters ont donc contacté un cabinet d’avocats, estimant que les organisateurs ont fait de la publicité mensongère, profitant de l’aura de Ronaldo pour vendre un maximum de tickets. Ils réclament une indemnisation sur le prix du billet mais aussi une compensation pour les frais de commission et près de 758 € pour le préjudice moral subi. « Entre-temps, 2.500 personnes se sont associées à la plainte commune. Toutes réclament un remboursement », a confirmé un avocat lié au dossier. La K-League a adressé une lettre de protestation à la Juventus dans laquelle elle accuse le champion d’Italie « d’arrogance et de comportement irresponsable ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite