Décès d’Hal Prince, géant de Broadway, qui a notamment monté «Le fantôme de l’opéra»

Harold «Hal» Prince
Harold «Hal» Prince - Reuters

Le producteur et metteur en scène américain Harold «Hal» Prince est décédé mercredi à l’âge de 91 ans, a indiqué le porte-parole de cette légende de Broadway, qui a notamment mis en scène «Le fantôme de l’opéra» et «Cabaret».

Au cours de sa longue carrière, Hal Prince a reçu 21 Tony Awards, les récompenses du théâtre à Broadway, de très loin le record en la matière. Il est décédé à Reykjavik (Islande) des suites d’une «brève maladie», a indiqué le porte-parole.

Né en 1928 à New York dans une famille juive d’origine allemande, il fait partie des très rares metteurs en scène de Broadway à avoir traversé plusieurs époques différentes et survécu à la modernisation de l’univers des comédies musicales.

Hal Prince, qui disait avoir été contaminé par le théâtre après avoir vu Orson Welles dans «Caesar» à 8 ans, a ainsi débuté sa carrière durant l’âge d’or de la comédie musicale, repéré par un autre monstre sacré du théâtre, George Abbott.

Engagé à 20 ans comme homme à tout faire par celui qui allait devenir son mentor, Hal Prince a gravi les échelons et s’est rapproché de la scène, au point de se voir finalement associé à la production, même si la fonction lui déplaisait.

Dès 1955, à 27 ans seulement, il décroche le Tony Award du meilleur producteur, sa première récompense, pour «The Pajama Game» en 1955.

Suivront une impressionnante série de succès, notamment «West Side Story» (1957), avant qu’il ne passe finalement à la mise en scène, sa véritable passion.

Il voulait écrire

«Je voulais écrire», expliquait-il lors d’un entretien au site Broadway.com. «Mais je n’étais pas assez bon. Donc l’étape suivante, c’était la mise en scène.»

Il fera ses débuts de metteur en scène à Broadway avec «She Loves Me» en 1963, avant de s’attaquer, en 1966, à ce qui allait devenir l’une des comédies musicales les plus célèbres du théâtre, «Cabaret».

Son style était empreint d’économie, avec des décors assez minimalistes. Il s’est souvent vanté d’avoir produit ses premiers spectacles pour des budgets bien inférieurs à la moyenne.

Hal Prince a traversé les années 70 avec le même succès que lors des deux décennies précédentes, notamment grâce à «Sweeney Todd» (1979), puis est parvenu à négocier le virage des années 80 et 90, période durant laquelle Broadway s’est profondément transformé.

Il a notamment mis en scène «Le fantôme de l’opéra», écrit par le Britannique Andrew Lloyd Webber, qui détient le record de longévité à Broadway. La comédie musicale est à l’affiche depuis 31 ans et compte plus de 13.000 représentations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite