Jan Sap: pour la modernisation de la Fednot

Jan Sap pilote la mutation de la Fédération  des notaires.
Jan Sap pilote la mutation de la Fédération des notaires. - D.R.

Quelle formation avez-vous suivie ?

J’ai fait des études de droit à la KULeuven et à l’UCL. J’ai par la suite été stagiaire pendant deux ans au barreau de Gand suite à quoi je suis entré chez Unizo où j’ai travaillé pendant 21 ans. Je suis ensuite parti pour la Fednot.

Votre expérience chez Unizo a-t-elle été un atout pour votre poste actuel ?

C’est une fédération qui est semblable à la fédération des notaires. La seule différence, c’est qu’à Unizo, on travaillait pour des entrepreneurs, pour des indépendants, pour des employeurs et pour des professions libérales de niveau interprofessionnel. Ici, je ne travaille que pour les notaires, eux-mêmes étant indépendants. La structure est semblable. Au sein de l’Unizo, il y a une fédération des professions libérales. Là j’étais secrétaire général. Par ailleurs, Fednot était associée à la fédération des professions libérales, je connaissais donc déjà bien toutes les professions libérales et la Fédération des notaires.

Comment avez-vous saisi cette opportunité ?

On m’a demandé de venir à la fédération, ce n’était pas une offre d’emploi ouverte. J’y ai bien réfléchi car j’avais déjà une carrière de 21 ans à Unizo et qu’il est difficile de partir après tout ce temps. Mais c’était pour moi le bon moment de tenter une autre expérience.

Le mouvement de digitalisation que connaît aujourd’hui la Fednot était-il déjà en place à votre arrivée ?

Oui, il a débuté en 2000. Ça s’est fait en différentes phases. La première était interne avec la création d’un réseau entre les études des notaires et la fédération. Durant la deuxième phase, des applications ont été mises en place avec les autorités publiques, les finances etc. Une application permet par exemple de créer une société en ligne. Une autre permet l’enregistrement en ligne d’actes au SPF finances. Ce sont deux exemples qui marchent bien. Et à présent, on est dans la phase trois avec des outils en ligne destinés au grand public. Nous avons par exemple mis en place des chatbots sur les régimes matrimoniaux mais le plus connu est Biddit.be, une plateforme permettant d’acheter un bien en ligne.

Depuis, une chaîne vidéo a été mise

en ligne, à qui s’adresse-t-elle ?

Notaire News est destiné au grand public. On veut « éduquer » le grand public. Je pense qu’il est important que l’on donne de l’information qui soit claire et compréhensible sur des thèmes qui ne sont pas toujours faciles.

Est-ce une façon de changer l’image

du notariat ?

Tout à fait. C’est un des défis sur lesquels je suis en train de travailler. On ne sait pas toujours ce que font les notaires. Il faut savoir que celui-ci a un aspect social. On ne passe pas seulement des actes si on va vendre ou acheter une maison, il y a beaucoup d’autres données qui entrent en jeu et dont le grand public n’est pas toujours conscient. C’est le cas par exemple pour un contrat de mariage ou un contrat de travail. Il est important que le notaire puisse jouer son rôle social en toute confiance avec le citoyen.

Est-ce que le notaire est voué à disparaître à force de digitalisation ?

Non, au contraire. Je pense que la digitalisation ou les évolutions technologiques doivent aider le notaire à avoir plus de temps pour donner des avis. Tout ce qui peut être automatisé ou digitalisé est positif parce que l’on peut alors utiliser la plus-value du notaire qui sera toujours indispensable. Un dossier ne se résout jamais à l’aide d’un chatbot ou d’un algorithme. On peut trouver des informations par la technologie mais c’est le travail des notaires qui fera la différence. Chaque dossier a sa particularité, sa spécificité, et ne se résout pas avec les nouvelles technologies qui ne remplaceront jamais le travail du notaire.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200618-GGMPT7 2020-06-18 21:37:33

    Qui est François Fornieri, le nouvel actionnaire du Standard?

  2. «
Il y a deux outils disponibles pour s’en sortir
: les systèmes de traçage, afin d’isoler très vite les personnes qui sont malades et éviter une propagation du virus
; et un vaccin ou un médicament
», estime prudemment Jean Ruelle, virologue et chercheur au pôle de microbiologie médicale UCLouvain.

    Comment la progression des épidémies a été enrayée au fil de l'histoire

  3. Remplir le «
passenger locator form
» est obligatoire en rentrant d’un pays étranger pour tracer les éventuels contaminés. Pourtant, la police ne pourra pas contrôler tout le monde.

    Coronavirus: la crainte des retours de vacances

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Jusqu’où ira Donald Trump pour rester au pouvoir?

    Le « phénomène Trump » restera à coup sûr dans les annales des États-Unis d’Amérique et même de notre planète Terre. Voilà donc le pays le plus puissant du monde dirigé par un homme à qui peut être accolée une série d’adjectifs déshonorants – comme incompétent et ignorant, incohérent et impulsif, arrogant et vaniteux, irréfléchi et impatient, capricieux et irritable. On est d’ailleurs pris de vertige en observant que nulle exagération ou malveillance n’inspire ce constat que la plupart des politologues valideraient....

    Lire la suite