Tradition insolite en Espagne: ils défilent vivants dans des cercueils pour défier la mort (photos)

Tradition insolite en Espagne: ils défilent vivants dans des cercueils pour défier la mort (photos)

Accompagnés de chants religieux, six cercueils ouverts sont portés en procession autour de l’église d’As Neves et de son cimetière. Qui enterre-t-on? Personne. Leurs occupants sont bien vivants mais lancent ce défi à la mort dans une des traditions les plus insolites d’Espagne.

Cinq des pénitents de ce village de 4.000 habitants en Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne, se font porter dans leur bière pour remercier Sainte Marthe d’avoir sauvé un proche de la mort ou l’implorer de le faire. Certains ont le visage caché par un éventail ou un chapeau, pour protéger leur intimité des caméras... et résister à la chaleur.

La sixième, Maria Rodriguez, elle, a passé trois quarts d’heure allongée dans un cercueil pour remercier la sainte d’avoir sauvé son chien d’un cancer. «Ca a été quelque chose de spontané», explique la retraitée de 69 ans, qui a découvert cette tradition dans les médias. «Vous n’y réfléchissez pas, ça vous sort de l’âme et du coeur quand vous aimez quelqu’un», dit cette habitante de Vigo, la plus grande ville de la région où elle n’a «pratiquement aucune famille».

Modesto Gomez, restaurateur de 70 ans qui assiste à la procession depuis son enfance, assure qu’il n’y a rien de sinistre dans cette fête même si le séjour dans le cercueil peut être éprouvant physiquement et mentalement. «C’est un culte à la vie. Des gens qui dans des moments difficiles font ce sacrifice très grand qui consiste à se mettre dans un cercueil», raconte-t-il.

«Pour moi, c’est ce qu’il y a de plus grand», s’extasie Maria del Carmen Gonzalez, native d’As Neves, où chaque 29 juillet, se renouvelle cette procession, qu’elle a suivie, un cierge à la main, au côté de sa fille Aida, les épaules couvertes d’un linceul blanc et pieds nus.

D’où vient cette tradition  ?

La solennelle procession, point d’orgue de neuf jours de fête, passe à côté de stands où la bière coule à flots et d’un château gonflable pour enfants à l’effigie de Bob l’éponge. D’où vient cette tradition ? Personne ne le sait. Selon un livre sur le défilé édité localement, la procession des cercueils pourrait remonter aux Croisades médiévales.

Des nobles partis combattre auraient découvert en Provence le culte de Sainte Marthe, qui a selon la tradition chrétienne vu son frère Lazare ressusciter après avoir fait appel à Jésus. Ils l’auraient, à leur retour en Galice, remerciée de leur avoir sauvé la vie en s’allongeant dans leurs propres cercueils, heureux de les utiliser vivants.

Autre explication possible, plus terre-à-terre, relayée par le sociologue Carlos Hernandez qui prépare une thèse sur la procession: par le passé, les gens achetaient leur cercueil de leur vivant, quand ils en avaient les moyens ou qu’un membre de leur famille était mal en point.

Quand les malades survivaient, «comme ils avaient le cercueil chez eux, ils le donnaient à la paroisse» pour les plus nécessiteux. Mais on ne sait pas quand ils auraient commencé à se coucher dedans. Dans un pays qui regorge de processions de pénitents, de carnavals, il s’agit souvent de mettre en scène la lutte du Bien contre le Mal, ou de la vie contre la mort, pointe-t-il. «Dans le fond, c’est ça: c’est oser regarder la mort, regarder le Mal, pour que la vie sorte victorieuse de la fête», interprète Carlos Hernandez.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite