Athlétisme: une équipe belge sans Thiam ni les Borlée, mais avec Sacoor pour la Coupe d’Europe

Au contraire de beaucoup d'autres, Jonathan Sacoor sera présent en Norvège sous les couleurs de l'équipe belge - ©Belga
Au contraire de beaucoup d'autres, Jonathan Sacoor sera présent en Norvège sous les couleurs de l'équipe belge - ©Belga

La Belgique partira avec une équipe inédite, pour ne pas dire révolutionnaire, dans moins d’une semaine, à Sandnes (Norvège), pour y prendre part à la Première Ligue du Championnat d’Europe par équipes (ou Coupe d’Europe). Les sélectionneurs francophones et flamands de la Ligue belge d’athlétisme ont, en effet, dû se creuser les méninges et faire preuve de patience et d’ingéniosité après avoir dû faire face à un nombre incroyable de forfaits de la plupart des « stars » du premier sport olympique, et ce pour plusieurs raisons, allant de la blessure au manque de forme en passant par le souhait de ne pas brûler une cartouche dans la course à la sélection pour les Mondiaux de Doha.

C’est ainsi qu’on ne verra pas Nafi Thiam, les trois frères Borlée, Ismaël Debjani, Anne Zagré, Eline Berings, Soufiane Bouchikhi, Bashir Abdi, Koen Naert, Cynthia Bolingo, Elise Vanderelst, Hanne Claes ou encore Julien Watrin, pour ne citer que les plus significatifs, défendre les couleurs belges dans cette compétition qui opposera notre pays à la Norvège, la Lituanie, la Biélorussie, les Pays-Bas, la Roumanie, le Portugal, l’Irlande, la Hongrie, la Slovaquie et la Turquie. Seul le vainqueur de ce match à 11 (un athlète de chaque pays par épreuve) accédera à la Super Ligue pour la prochaine édition alors que les quatre derniers seront relégués en Deuxième Ligue. Se maintenir sera le seul objectif (compliqué) des Belges.

Le retour de Lindsey De Grande

Tout le monde n’a toutefois pas renoncé, à commencer par Jonathan Sacoor, en pleine phase de construction, qui doublera 400 et 4 x 400 m, mais aussi Robin Vanderbemden (200 m et 4 x 400 m), Isaac Kimeli (3.000 m), Ben Broeders (perche), Philip Milanov (poids et disque), Camille Laus (400 et 4 x 400 m), Renée Eykens (800 m) et Claire Orcel (hauteur).

On notera aussi la présence de Lindsey De Grande, qui a été sélectionnée sur 3.000 m, un peu plus de trois mois après avoir battu son record personnel sur la distance (9.27.19). Il y a huit ans, la Flandrienne, alors en pleine ascension, avait dû ranger ses espoirs de briller au plus haut niveau lorsqu’on lui avait décelé une leucémie chronique. À 30 ans, après avoir connu pas mal de hauts et de bas suite aux traitements qu’elle a subis, elle va fêter sa première sélection sous le maillot de l’équipe belge depuis l’Euro indoor de Paris 2011, où elle avait fini 6e du 1.500 m. Une grande et belle nouvelle.

LA SÉLECTION BELGE

Hommes

100 m. Kuba Di-Vita. 200 m. Vanderbemden. 400 m. Sacoor. 800 m. Vandeputte. 1.500 m. Baeten. 3.000 m . Kimeli. 5.000 m. L. Bouchikhi. 110 m haies. Obasuyi. 400 m haies . Owusu. 3.000 m steeple . Deflandre. Hauteur. Carmoy. Perche . Broeders. Longueur . Campener. Triple saut . De Decker. Poids et disque . Milanov. Marteau. Malengreaux. Javelot . Herman. 4 x 100 m . Kuba Di-Vita, Niesen, A. et C. Snyders, Vranken. 4 x 400 m . Badji, Doom, Sacoor, C. Snyders, Vanderbemden.

Femmes

100 m. Mehuys. 200 m . Vervaet. 400 m . Laus. 800 m . Eykens. 1.500 m . Deswaef. 3.000 m . De Grande. 5.000 m. Verbruggen. 100 m haies . Missinne. 400 m haies . Couckuyt. 3.000 m steeple . Rooms. Hauteur . Orcel. Perche . Smets. Longueur . Vidts. Triple saut . Loureiro. Poids. Vidts. Disque. Hellebuyck. Marteau . Sterckendries. Javelot . Smal. 4 x 100 m. Depuydt, Mehuys, Rosius, Thiry, Vervaet. 4 x 400 m. Couckuyt, Depuydt, Eykens, Gaye, Laus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

  3. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Les nouveaux modes de déplacement ne prennent pas assez en compte les réalités familiales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite