Bienvenue en Wallonie: Ottignies-Louvain-la-Neuve, la ville à la campagne

L’ancienne cité d’Ottignies et ses villages, des paysages typiquement brabançons.
L’ancienne cité d’Ottignies et ses villages, des paysages typiquement brabançons. - Bruno Dalimonte.

Il reste encore une douzaine d’agriculteurs implantés dans la cité qui porte le surnom de Botroul (nombril en wallon) du Brabant wallon. Mais d’autres fermes témoignent d’un passé agricole important. Ces fermes ont été transformées en habitat ou en lieu culturel d’importance, comme la ferme du Biéreau ou la ferme du Douaire. Ce n’est pas pour rien qu’Ottignies-Louvain-la-Neuve est le pôle culturel de la dixième province du pays.

Agriculture et culture font donc bon ménage dans cette ville à la campagne qui présente deux facettes complètement différentes. D’un côté, l’ancienne cité d’Ottignies et ses villages, où les promenades proposées par l’Office du Tourisme-Inforville vous font parcourir des paysages typiquement brabançons. De l’autre, la nouvelle – 48 ans déjà – cité piétonne de Louvain-la-Neuve, où les postiers débutants s’arrachent les cheveux tant certaines venelles et ruelles s’entrecroisent. Là, c’est toute l’histoire de la cité universitaire qui s’offre aux regards. Regards qui finissent toujours par atterrir sur le lac où le sentier de la Rêverie du promeneur solitaire, chère à Magritte, permet d’en digérer toutes les richesses.

Où manger ?

Bien sûr, on a le choix entre « le plat terre », avec une mijotée de bœuf au poivron et au basilic, « le plat mer », avec un filet de bar Omega, quinoa et crème d’aubergines, et le plat végétarien, avec des aubergines grillées, lentilles vertes, tomates confites et feta. Mais manger, chez Altérez-Vous, place des Brabançons, c’est d’abord et avant tout prendre conscience. Car nous sommes dans un lieu qui s’est donné pour mission de défendre et de promouvoir, « par une démarche responsable et créative, les valeurs d’humanisme dans une perspective citoyenne de transition écologique et solidaire ». C’est ainsi que, en plus de manger et de boire dans une sorte de vision à rebrousse-poil du modèle économique proposé par le centre commercial L’esplanade –situé à quelques pas–, Altérez-vous propose des tables de conversation en néerlandais et en allemand, des jam-sessions ou encore des brunchs-docu. Comme quoi la « nourriture » de l’esprit est considérée là-bas comme tout aussi importante que celle du corps.

Que visiter ?

C’est un musée pas comme les autres. On pourrait se contenter de contempler les œuvres qui y sont exposées, mais on passerait immanquablement à côté de l’essentiel. Car le Musée L, le musée universitaire de Louvain-la-Neuve, est un lieu où le dialogue entre les œuvres est autant une profession de foi qu’une nécessité de l’intelligence. Un bouddha à côté d’un christ du Moyen-Âge. Des écritures antiques confrontées à des machines à calculer. Deux exemples de cette invitation à l’exploration. Et, en cette période de vacances, c’est une magnifique exposition sur les livres japonais anciens de la bibliothèque de l’UCLouvain qui est proposée jusqu’au 18 août. A découvrir dans un bâtiment qui vaudrait une exposition à lui tout seul. Phare de la cité universitaire, l’ancienne bibliothèque des Sciences et Technologies, place des Sciences, est l’œuvre de l’architecte André Jacqmain et est considérée comme un des points d’orgue du patrimoine contemporain de Wallonie.

Où se balader

Un bois pour se promener, un étang pour découvrir les pêcheurs à l’œuvre, une piste VTT en circuit fermé, un circuit fléché de 8,85 km pour rejoindre à pied ou à vélo le bois de Lauzelle, une piste de santé de 1.500 mètres avec 15 obstacles, une autre piste de santé, plus petite, pour les personnes à mobilité réduite, deux plaines de jeux pour accueillir les enfants de tous les âges, et une piscine (short interdit) prise d’assaut les jours ensoleillés. Quel que soit le moment de l’année, il y a toujours quelque chose à faire au domaine provincial du Bois des Rêves, allée du Bois des Rêves, à Ottignies. Un site de quelque 67 hectares, où les chiens sont acceptés en laisse, sauf à l’intérieur de la cafétéria, dans la plaine de jeux et la piscine. On peut même y louer un espace pour réaliser un barbecue en famille. Les lieux sont tellement agréables qu’ils accueillent même Birds Bay, un centre de revalidation pour animaux sauvages, et les activités du musée de l’Eau et de la Fontaine.

Office du tourisme-Inforville, 1, place de l’Université (à côté des guichets de la gare de LLN). Tél : 010-47 47 47.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite