Suède: «Choqué», «effrayé», A$AP Rocky soutient la légitime défense à son procès

Suède: «Choqué», «effrayé», A$AP Rocky soutient la légitime défense à son procès

«J’ai été choqué et effrayé»: le rappeur américain A$AP Rocky, jugé depuis mardi devant un tribunal suédois pour violences après une rixe fin juin à Stockholm, a livré jeudi sa version des faits au cours de la deuxième journée d’un procès qui agite les relations entre Washington et Stockholm.

L’affaire a mis en émoi le milieu du hip-hop, jusqu’aux plus hautes sphères politiques: le président Donald Trump, qui a accusé fin juillet la Suède de mépriser le sort des Noirs américains, a dépêché sur place son envoyé spécial chargé des Affaires liées aux otages, Robert O’Brien.

A$AP Rocky, 30 ans, de son vrai nom Rakim Mayers, a été placé en garde à vue le 3 juillet à l’issue d’un concert, en compagnie de trois autres personnes — dont l’une a depuis été mise hors de cause — après une bagarre, le 30 juin, dans les rues de la capitale suédoise.

Le 5 juillet, un tribunal a ordonné son incarcération au motif qu’il existait «un risque de fuite» à l’étranger, avant son renvoi devant un tribunal annoncé le 25 juillet.

Plusieurs élus du Congrès américain ont exhorté la Suède à libérer le musicien et un ancien ambassadeur américain à Stockholm, Mark Brzezinski, a fait savoir mi-juillet qu’il avait contacté le ministère suédois des Affaires étrangères et la maison royale, en dénonçant une «injustice à caractère racial», une accusation rapidement balayée par l’avocat de la défense.

Une pétition sur internet appelant à la libération du rappeur américain a également été lancée et a pour le moment recueilli plus de 640.000 signatures. Sur les réseaux sociaux, une campagne se joue pour inciter les fans de l’artiste à boycotter des marques suédoises comme Ikea.

«Nous avons été suivis»

Sur un enregistrement amateur retransmis mardi devant le tribunal, l’artiste, en visite dans la capitale suédoise pour un concert, met au sol un jeune homme puis lui assène des coups avec deux de ses coprévenus.

Dans d’autres vidéos postées sur le compte Instagram du rappeur, A$AP Rocky demande à plusieurs reprises à deux jeunes hommes de cesser de le suivre.

L’artiste a agi en situation de «légitime défense», avait déclaré son avocat Slobodan Jovicic à l’ouverture des débats. Toutefois, avait-il dit, le rappeur «admet avoir jeté la victime par terre, il lui a marché sur le bras et lui a donné un coup de poing ou repoussé son épaule».

Jeudi, la défense a remis en cause la version et la fiabilité des faits racontés par la victime, un Afghan de 19 ans qui dit avoir été «frappé» par quatre personnes. «Deux (d’entre elles) ont essayé de me couper avec du verre», avait-t-il ajouté en persan, à l’issue de la première journée d’audience.

Au cours de la deuxième journée d’audience, le prévenu, en tenue verte de détenu, a pris la parole afin d’évoquer cette soirée du 30 juin:

«Nous avons essayé de nous éloigner, quand nous nous sommes éloignés nous avons été suivis», a-t-il raconté calmement à la barre. Il a également indiqué que le comportement «intrépide» de la victime lui a fait peur.

A$AP Rocky a toutefois reconnu par la suite avoir «jeté» sa victime à terre avant de lui «donner un coup de pied au bras» — dans le but de venir en aide à son garde du corps, pris à partie par le plaignant et son ami.

Acte volontaire ?

Le parquet plaide l’acte volontaire, estimant qu’A$AP Rocky et ses coprévenus avaient agressé la victime alors qu’ils avaient avec eux le nombre et la force physique.

Le procureur Daniel Suneson a présenté mardi devant le tribunal des éléments matériels qui, selon lui, accréditent ses réquisitions, dont des vidéos et des messages échangés entre les protagonistes.

Le procès se poursuivra jusqu’à vendredi, dernier jour d’audience à l’issue de laquelle le tribunal annoncera la date du verdict, probablement mis en délibéré.

Il décidera également de la libération ou du maintien en détention d’A$AP Rocky dans l’attente de la décision. Deux membres de son entourage comparaissent à ses côtés.

Toutefois, le juge Per Lennerbrant a fait savoir que le procès pourrait être prolongé --sans fournir davantage d’informations--, le tribunal n’ayant pas encore entendu de témoins.

Si les juges le déclarent coupable de violences, A$AP Rocky encourt jusqu’à deux ans de prison assortis d’une amende.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite