Agression des joueurs du Sporting Portugal: l’ancien président du club sera jugé

©News
©News

Le tribunal de Barreiro, commune de la banlieue sud de Lisbonne, a estimé qu’il y avait suffisamment «d’indices sur la pratique de délits» visant les personnes mises en examen dans cette affaire, selon l’acte d’accusation. «Ils ont tous été accusés. Nous ne nous attendions pas à cette décision», a déclaré Miguel Matias, l’un des avocats de la défense à la sortie du tribunal.

Le 15 mai 2018, après avoir forcé l’entrée des installations sportives, les agresseurs avaient saccagé les vestiaires, brutalisé le personnel du club et attaqué entraîneurs et joueurs.

Les motifs de cette attaque n’ont pas jusqu’ici été établis. Mais l’ancien président du Sporting est accusé par le Ministère public de l’avoir commanditée, de séquestration, agression et menace aggravée. Quant aux supporters qui ont attaqué les joueurs, ils sont accusés entre autres de violences et de menace aggravée, selon l’acte d’accusation diffusé par le tribunal.

Bruno de Carvalho a aussitôt réagi sur son compte twitter où il se dit «calomnié et diffamé».

A l’exception de Nuno Mendes, chef du principal groupe d’ultras du Sporting, la trentaine de personnes qui se trouvait en détention provisoire dans cette affaire va être placée en détention à domicile sous surveillance électronique.

Bruno de Carvalho avait été libéré sous caution en novembre dernier après quatre jours de garde à vue. Le juge d’instruction, qui avait estimé qu’il n’y avait pas d’indices suffisamment solides pour le placer en détention provisoire, avait fixé une caution de 70.000 euros et décrété des contrôles judiciaires réguliers.

Le Sporting, réputé pour son centre de formation dont sont notamment sortis les Ballons d’or Luis Figo et Cristiano Ronaldo ainsi qu’une grande partie des joueurs champions d’Europe en 2016, a été plongé dans une grave crise sous Bruno de Carvalho élu président des «Lions» en 2013.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’ambassadeur de la jouissance se révèle surtout un être dévoré d’angoisses.

    Fellini, un gamin de cent ans

  2. Image=d-20170728-3G1Y2T_high

    Comment bien choisir son assurance hospitalisation

  3. PHOTONEWS_10839017-134

    Open d’Australie: qui sera le Joker de Melbourne?

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite