Coalition flamande: le Vlaams Belang a rencontré à nouveau la N-VA

Coalition flamande: le Vlaams Belang a rencontré à nouveau la N-VA
Belga

L’informateur flamand et président de la N-VA, Bart De Wever, a repris jeudi soir à Bruxelles les discussions en vue de la formation d’un gouvernement en Flandre en recevant le Vlaams Belang. Ces discussions avaient été suspendues début juillet par le président de la N-VA qui réclamait plus de clarté quant à la situation au niveau fédéral. Depuis lors, la N-VA aurait reçu des signaux qui lui permettent de reprendre les pourparlers au nord du pays.

Coalition flamande : la N-VA et le VLD avec le SP.A ou le CD&V ?

Selon des rumeurs circulant ces derniers jours, Bart De Wever devait signifier au Vlaams Belang qu’il est impossible de gouverner avec lui au niveau flamand mais le président du parti Tom Van Grieken ne s’est pas exprimé à ce sujet à l’issue de cette rencontre qui a duré plus d’une heure. La N-VA n’a d’ailleurs pas encore communiqué sur cette réunion.

Le Vlaams Belang répète sa volonté de gouverner en Flandre

Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang, a appelé l’informateur flamand et président de la N-VA, Bart De Wever, à «ne pas ignorer le signal des électeurs». La formation d’extrême droite insiste sur sa volonté de participer au prochain gouvernement flamand.

Ensemble, la N-VA et le Vlaams Belang ne suffisent toutefois pas à constituer une majorité au parlement flamand. Et les autres partenaires possibles de coalition, le CD&V, l’Open VLD et le SP.A, auxquels M. De Wever avait remis une note en juin – ont clairement affirmé qu’ils ne souhaitaient pas s’associer à l’extrême droite.

De Wever devrait bientôt choisir ces partenaires

D’après la RTBF, le président des nationalistes flamands devrait choisir d’ici ce week-end les partenaires avec qui il compte former un gouvernement. Plus de deux mois après les élections, il y aurait donc enfin de l’accélération dans l’air dans la formation d’un gouvernement au nord du pays.

Une majorité des mandataires SP.A a accordé mercredi soir le mandat à leur président de parti, John Crombez, de mener des discussions de fond avec le formateur flamand, même si le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte, a souhaité que le parti socialiste siège dans l’opposition flamande au cours de cette législature.

Du côté de l’Open VLD, le bourgmestre de Courtrai et ancien ministre fédéral Vincent Van Quickenborne a plaidé jeudi en faveur d’une coalition « bourguignonne » rassemblant son parti libéral, la N-VA et le SP.A.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous