Près d’un tiers des conducteurs condamnés sont pris en récidive la même année

Près d’un tiers des conducteurs condamnés sont pris en récidive la même année
Pierre-Yves Thienpont

Près de la moitié des conducteurs condamnés par un tribunal pour des délits de roulage se font à nouveau condamner pour des faits similaires. Et environ 30 % des récidivistes se font prendre dans la même année, ressort-il d’une vaste étude de l’institut Vias publiée jeudi.

Les voitures de société ont réduit leurs émissions de 17 % en 7 ans, selon Acerta

Ces constatations sont le fruit de la plus vaste étude jamais menée sur le sujet en Belgique. Pour y arriver, l’institut a examiné chez l’ensemble des personnes condamnées pour infractions routières en 1995, grâce au casier judiciaire central, pour quels faits elles avaient précédemment été condamnées et combien de récidives avaient été constatées jusqu’à fin 2013. Au total, les données de plus de 92.000 personnes et de près d’un million de délits routiers ont été passés au peigne fin.

Il en ressort que près de 45 % des personnes condamnées pour ce type de faits ont récidivé. Environ 30 % d’entre elles ont été rapides et ont écopé d’une condamnation supplémentaire dans l’année suivant la première et près de la moitié endéans les deux ans. « Ce n’est encore qu’une sous-estimation du problème réel de la récidive étant donné qu’il s’agit uniquement des faits constatés par la police et qui ont été jugés suffisamment graves pour faire l’objet d’une nouvelle condamnation », nuance en outre l’institut.

La récidive est particulièrement fréquente (86 %) et rapide (55 % au cours de la même année) chez les personnes déchues du droit de conduire.

Majoritairement des hommes

Les personnes condamnées sont majoritairement des hommes (84 %), et ceux-ci ont deux fois plus de risque de récidiver que les femmes.

L’étude permet également à Vias d’affirmer que parmi les contrevenants routiers, ceux ayant été condamnés à suivre des cours de sensibilisation ont 50 % de risque de récidive en moins que ceux ayant écopé d’une sanction « ordinaire ». « De plus, il apparaît que les personnes qui ont pris part à ce type de cours pour alcool au volant et qui récidivent malgré tout ont un taux d’alcool inférieur », relève encore l’institut.

« Il convient non seulement d’appliquer des sanctions traditionnelles mais aussi d’étudier l’impact des mesures alternatives comme les cours de sensibilisation et l’éthylotest antidémarrage. Un risque suffisamment élevé de se faire prendre et une exécution des peines rapide et efficace sont essentiels afin de lutter davantage contre la récidive dans la circulation, conclut Vias.

Sur le même sujet
Système judicaireBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

  3. @News

    Philippe Albert revient sur Anderlecht – FC Bruges: «Avec Colassin, j’ai découvert un jeune talent avec beaucoup de culot»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite