Mort de Steve: le préfet interdit tout rassemblement samedi au centre de Nantes

Mort de Steve: le préfet interdit tout rassemblement samedi au centre de Nantes
AFP

Le préfet de Loire-Atlantique a décidé d’interdire tout rassemblement samedi au centre-ville de Nantes alors que plusieurs appels en ce sens avaient été diffusés sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à Steve Maia Caniço, disparu lors d’une intervention controversée des forces de l’ordre le soir de la Fête de la musique.

Disparition à Nantes : le corps retrouvé dans la Loire est bien celui de Steve Maia Caniço

« Afin de garantir l’ordre public, le préfet a pris la décision d’interdire tout rassemblement dans une grande partie du centre-ville de Nantes le samedi 3 août de 10h à 20h. Un dispositif de sécurité adapté, réactif et mobile, sera déployé pour prévenir les violences, protéger le centre-ville et procéder, le cas échéant, aux interpellations des fauteurs de troubles », indique, jeudi soir, un communiqué de la préfecture de Loire-Atlantique.

Depuis la découverte, lundi, du corps du jeune homme, plusieurs mots d’ordre appelaient à se rassembler, donnant tous rendez-vous au centre-ville de Nantes, samedi à 13h. C’est le point de rassemblement d’où partent habituellement le samedi les manifestations des gilets jaunes depuis l’automne dernier à Nantes.

« Individus extrêmement radicaux »

Le communiqué préfectoral souligne que cet appel à rassemblement « n’a fait l’objet d’aucune déclaration à ce jour » et qu’« aucun organisateur » n’a « pu être identifié ». Il fait également valoir que « cette mobilisation devrait être renforcée par la présence de manifestants ultras et d’individus extrêmement radicaux de type ‘black Bloc’» et qu’« il existe donc un risque important que soient commises des actions violentes dans le centre-ville ».

« En conséquence, afin, d’une part de protéger les personnes et les biens et, d’autre part, d’assurer le respect du rassemblement pour Steve Maia Caniço, le préfet a décidé d’interdire toute manifestation ou rassemblement dans plusieurs périmètres du centre-ville de Nantes de 10h à 20h ce samedi », justifie le communiqué.

L’avocate de la famille de l’animateur périscolaire de 24 ans, Me Cécile de Oliveira, avait indiqué mercredi à l’AFP qu’elle ne savait pas si les proches du jeune homme participeraient à cet hommage. C’est une possibilité, avait-elle expliqué, car « ils sont touchés par leur solidarité ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite