Canada: le «couloir des icebergs», créé par la fonte des glaces de l’Arctique, attire les touristes (photos)

Canada: le «couloir des icebergs», créé par la fonte des glaces de l’Arctique, attire les touristes (photos)
AFP

Au crépuscule, des touristes s’émerveillent devant l’effondrement fracassant d’un iceberg achevant son voyage du Groenland vers Terre-Neuve, île canadienne aux premières loges de la fonte des glaces de l’Arctique.

AFP

Autrefois haut-lieu de la pêche à la morue, la province de Terre-Neuve-et-Labrador voit désormais ses villages côtiers moroses revigorés par les hordes de photographes amateurs venus immortaliser ces morceaux de glaciers toujours plus nombreux à converger vers l’est du Canada à la sortie de l’hiver.

AFP

Cette abondance des icebergs s’aventurant vers le sud a ainsi engendré une nouvelle forme de tourisme liée à l’accélération du réchauffement climatique.

«C’est de mieux en mieux d’une année à l’autre. Environ 140 cars de touristes viennent chaque saison dans le village, c’est bon pour l’économie», se réjouit Barry Strickland, ancien pêcheur de 58 ans reconverti en guide touristique à King’s Point, dans le nord de Terre-Neuve.

AFP

Depuis quatre ans, il organise des excursions autour de ces géants de glace millénaires pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres de haut et peser des centaines de milliers de tonnes.

Au gré des vents et des courants, les joyaux polaires éphémères achèvent, à proximité des rives canadiennes, un périple de plusieurs milliers de kilomètres vers le sud. En quelques semaines, leur eau douce, congelée bien avant la pollution de la Révolution industrielle, retournera à l’océan.

AFP

Les expéditions du petit bateau de Barry affichent souvent complet pendant la haute saison des icebergs, de mai à juillet, et attirent dans ce village de 600 habitants des visiteurs du monde entier. Ceux-ci traquent les moindres mouvements des colossaux blocs de glace grâce à une carte satellite interactive mise en ligne par le gouvernement provincial.

AFP

«Il n’y a plus grand-chose à faire pour les habitants de ces petites villes portuaires isolées, donc le tourisme est une grande partie de notre économie», explique Devon Chaulk, employé d’une boutique de souvenirs à Elliston, bourgade de 300 habitants située sur la trajectoire du «couloir des icebergs».

«J’ai vécu ici toute ma vie, et l’augmentation du tourisme dans les 10, 15 dernières années a été incroyable», s’enthousiasme M. Chaulk, 28 ans.

AFP

L’année dernière, plus de 500.000 touristes au total ont visité la province de Terre-Neuve, soit autant que sa population, contribuant à l’économie locale à hauteur de près de 570 millions de dollars canadiens (389 millions d’euros), selon les estimations du gouvernement provincial.

Le tourisme a ainsi supplanté en partie les revenus en berne de l’industrie de la pêche, en crise en raison de la surexploitation de l’océan à la fin du vingtième siècle.

AFP

Mais derrière cet engouement autour des icebergs se cache une réalité plus sombre: l’accélération du réchauffement climatique dans le grand Nord, qui favorise l’apparition d’icebergs mais rend aussi leur saison de plus en plus imprévisible, accentuant ainsi la précarité des industries qui en tirent profit.

A Twillingate, village touristique prisé par les amateurs d’icebergs, les visiteurs ne désemplissent pas dans la petite boutique d’Auk Island Winery, qui fabrique des spiritueux de baies sauvages à base d’eau d’iceberg.

AFP

AFP

«Les gens viennent pour voir les icebergs, nous voyons la variation du nombre de touristes d’une année à l’autre en fonction du nombre d’icebergs dans les environs», explique Elizabeth Gleason, employée de la boutique.

«Nous avons une bonne année, mais l’année dernière, nous n’en avions presque aucun», raconte-t-elle, observant en première ligne la précarité d’un tourisme fondé sur des phénomènes naturels imprévisibles.

AFP

Et pour cause: l’Arctique se réchauffe trois fois plus rapidement que le reste du monde. En juin, le Groenland a connu un épisode de fonte des glaces inédit à cette période de l’année, et des températures record ont été enregistrées près du pôle Nord à la mi-juillet.

AFP

Au fil des années, les icebergs s’aventurent de plus en plus vers le sud, créant également un risque pour la navigation commerciale dans cet axe maritime majeur reliant le Vieux continent et l’Amérique du Nord. C’est à environ 600 km au large des côtes de Terre-Neuve que le Titanic avait sombré après avoir percuté un iceberg en 1912.

Mais derrière le chant du cygne majestueux de ces colosses de glace, certains perçoivent un témoignage criant des dérèglements climatiques à l’oeuvre.

AFP

«Je n’avais jamais vu d’iceberg avant, et j’ai cru comprendre qu’il y a quelques temps, on n’en voyait pas ici. C’est une image concrète du réchauffement climatique, de voir des icebergs dans des endroits où les eaux sont aussi chaudes», confie Laurent Lucazeau, touriste français de 34 ans, de retour d’une excursion en mer.

«Ca a quelque chose de mystérieux et d’impressionnant, mais en plus, le fait de savoir qu’ils ne sont pas censés être là, ça fait encore plus se questionner. Ca fait un peu peur».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite