La destruction du pont des Trous en vidéos

La déconstruction des arches du Pont des Trous à Tournai a débuté vendredi matin à Tournai. Dès 6h00, les ouvriers de la société Wanty ont veillé à stabiliser la barge placée sous le pont, destinée à recueillir les pierres du pont. La première pierre est tombée à 9h10, alors qu’une centaine de Tournaisiens regardaient, parfois avec tristesse, le spectacle hors du périmètre de sécurité.

Durant plus de deux heures, les ouvriers se sont chargés de stabiliser la barge placée sous le pont, laquelle sera chargée de recueillir les pierres du pont. Pierres qui seront ensuite envoyées à Vaulx pour un tri et ensuite à Andenne à la carrière de Gore où des tailleurs de pierres du SPW se chargeront de les nettoyer.

Une grue de plusieurs tonnes a été installée sur une barge sous l’arche centrale. A cet endroit, l’Escaut fait environ cinq mètres de profondeur. La profondeur est moindre sous les deux autres arches.

L’objectif est de reconstruire les arches du pont dès le début de l’année 2020 pour terminer le chantier à la fin de l’année 2021. Un permis a été délivré et des fonds européens ont été consacrés à ce projet. Les tours médiévales ne seront pas démontées mais un entretien sera assuré. Les travaux auront lieu, au même moment, sur les quais de l’Escaut. Le but étant d’élargir la traversée de l’Escaut afin de permettre aux bateaux à gros tonnage de traverser le centre-ville. Il s’agit de la quatrième phase de ce chantier qui a fait couler beaucoup d’encre à Tournai.

Des sismographes ont été placés dans les deux tours médiévales, lesquelles seront nettoyées mais pas démolies, afin d’assurer leur stabilité.

La destruction du pont des Trous en images

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite