Clasica San Sebastian: Alaphilippe et Bernal favoris de la première classique post-Tour de France

Clasica San Sebastian: Alaphilippe et Bernal favoris de la première classique post-Tour de France
Photo News

Le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) et le Colombien Egan Bernal (Ineos) sont les deux favoris de la Clasica San Sebastian, la première classique WorldTour d’après Tour de France, qui aura lieu samedi dans le Pays basque espagnol. Tenant du titre, Alaphilippe a terminé 5e du Tour, dont il a porté le maillot jaune pendant 14 jours. Bernal, vainqueur de la Grande Boucle, revient quant à lui sur une épreuve qui ne lui avait pas souri il y a un an. Il avait lourdement chuté lors de l’édition 2018, se relevant avec une fracture du nez et une blessure à la mâchoire qui avait gâché sa seconde partie de saison.

La Clasica San Sebastian propose un parcours montagneux de 227 km souriant aux grimpeurs et aux puncheurs, avec deux cols de troisième catégorie, trois de deuxième et deux de première catégorie. La dernière ascension de Murgil – 2,5 km à 11,3 % de moyenne – est propice à une attaque, à 7 km seulement de la ligne d’arrivée.

Nouveauté cette année, les coureurs monteront au sommet d’Erlaitz (1re catégorie), quelques kilomètres seulement après le col de Jaizkibel, un classique de la course basque.

L’équipe espagnole Movistar alignera deux prétendants à la victoire : Mikel Landa, 6e du Tour, qui avait chuté l’an dernier sur les routes basques, et le champion du monde Alejandro Valverde, en quête d’un troisième succès après 2008 et 2014.

Seuls deux Belges ont inscrit leur nom au palmarès de la Clasica San Sebastian : Claude Criquelion en 1983 et Philippe Gilbert en 2011.

Greg Van Avermaet (CCC), 2e en 2011 et 8e l’an dernier, sera un des Belges à suivre samedi, tout comme Tim Wellens (Lotto Soudal), Tiesj Benoot (Lotto Soudal) ou encore le jeune Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step), qui va disputer à 19 ans sa première classique WorldTour.

A suivre aussi le Néerlandais Bauke Mollema (Trek Segafredo), 2e en 2018, et les frères britanniques Adam et Simon Yates (Michelton-Scott).

A noter qu’une Clasica féminine sera organisée pour la première fois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les coureurs de Circus-Wanty-Gobert peaufinent leur condition à Alfas del Pi.

    Par Eric Clovio, Envoyé spécial à Alfas del Pi

    Route

    Pour Circus-Wanty Gobert, le printemps sera chaud

  • La juste dose de préparation, pour arriver en forme plus tard qu’en 2019
: Loïc Vliegen a retenu a retenu la leçon.

    Par Eric Clovio

    Route

    Cyclisme: Loïc Vliegen doit franchir un cap

  • belgaimage-159318434-full

    Par Eric Clovio

    Route

    Israël Start-Up Nation, Tour de Babel du vélo

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’ambassadeur de la jouissance se révèle surtout un être dévoré d’angoisses.

    Fellini, un gamin de cent ans

  2. Image=d-20170728-3G1Y2T_high

    Comment bien choisir son assurance hospitalisation

  3. PHOTONEWS_10839017-134

    Open d’Australie: qui sera le Joker de Melbourne?

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite