Contrôle des armes nucléaires : l’Europe sur le qui-vive

Le n°1 de l’Otan, Jens Stoltenberg qualifie la proposition des Russes de «
risible
».
Le n°1 de l’Otan, Jens Stoltenberg qualifie la proposition des Russes de « risible ». - AFP

C’était cousu de fil blanc. La mort définitive du traité de désarmement américano-soviétique FNI (Forces nucléaires à portée intermédiaire) de 1987 portant sur les missiles à portée intermédiaire a suscité vendredi des accusations croisées. Sur le mode : « C’est pas moi ; c’est toi ». Les Etats-Unis qui, avec l’ensemble des alliés de l’Otan, assurent avec aplomb que la Russie viole depuis plusieurs années ce dispositif et déploie de nouveaux missiles, a renvoyé « l’entière responsabilité de la disparition du traité » à la Russie. Moscou, de son côté, dénonce une « campagne de propagande », et accuse Washington d’avoir commencé le travail de sape, pour « s’affranchir des restrictions » imposées par ce pilier de l’architecture de sécurité en Europe. Le Traité avait conduit en trois ans à la destruction de tous les missiles terrestres soviétiques et américains, d’une portée de 500 à 5.500 km, déployés en Europe.

Inquiétudes

La proposition de « moratoire » avancée par Moscou a évidemment été qualifiée de « risible » par le nº1 de l’Otan Stoltenberg, puisqu’il n’y a « aucun nouveau missile US en Europe mais de plus en plus de missiles russes ». L’Alliance va peaufiner sa riposte, qui sera conventionnelle – gageons que l’unité des Alliés sera mise à épreuve lorsqu’il s’agira de préciser quels moyens seront déployés et où. Et cette riposte entraînera celle… de Moscou, ont déjà menacé les Affaires étrangères russes. Bref, les deux puissances se toisent, avec la Chine en ligne de mire, et l’Union européenne s’inquiète d’une possible « nouvelle course aux armements ». L’UE « encourage » donc les Etats-Unis et la Russie à « chercher de nouvelles réductions de leurs arsenaux » nucléaires. Mais comme sœur Anne, l’UE ne voit pour l’instant rien venir…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. La Fédération est très fertile en chorégraphies - ici, «
Le chant des ruines
», dernière création de Michèle Noiret présentée à la Biennale de Charleroi Danse.

    Arts de la scène: le public wallon a-t-il peur de la danse?

  3. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite