Rallye de Finlande: Neuville incapable de suivre le rythme

Rallye de Finlande: Neuville incapable de suivre le rythme
Photo News

La lutte pour les premières places est absolument somptueuse au rallye de Finlande ! Vendredi, à l’issue de la 9e spéciale (il en reste deux, de 8 et 2 km), les quatre premiers classés n’étaient séparés que par… 2,1 secondes ! Et la suprématie attendue des Toyota est même battue en brèche par la Citroën d’un Esapekka Lappi absolument impérial dans son attaque de tous les instants.

Ainsi, à l’issue des trois plus longues spéciales de l’après-midi, Jari-Matti Latvala conservait l’avantage pour Toyota, mais le Finlandais ne possédait qu’un avantage de 1,1 seconde sur Lappi, tandis que Meeke et Tanak suivaient respectivement à 2 et 2,1 secondes de la tête !

Deux Hyundai devant Ogier

Détachés à une quinzaine de secondes, les Hyundai de Breen (à 13,4 sec.) et Mikkelsen (14,4) devançaient la Citroën d’Ogier (15,6), si bien que les trois hommes se tenaient dans un mouchoir de 2,2 secondes à peine.

Neuville : « Je ne comprends pas »

Finalement, seul Thierry Neuville – en plus des Ford, larguées – ne parvenait pas à tenir ce rythme endiablé. Et le plus inquiétant, c’est que notre compatriote ne s’expliquait pas vraiment pourquoi : « Je devrais être plus rapide que Tanak et Ogier qui me précèdent sur la route, et pourtant, je ne le suis pas ! », soupirait Neuville, visiblement un brin désemparé. « Je ne comprends pas bien, car nous essayons plein de réglages, mais il doit clairement nous manquer quelque chose… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite