Ebola en RDC: sept cas suspects d’Ebola transférés du Sud-Kivu à Goma

Ebola en RDC: sept cas suspects d’Ebola transférés du Sud-Kivu à Goma
Reuters

Sept proches de l’orpailleur décédé mercredi d’Ebola à Goma qui s’étaient rendus dans la province voisine du Sud-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC), ont été ramenés dans cette ville et placés «sous surveillance», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

A Birava, dans la province du Sud-Kivu (est), une femme proche d’un orpailleur et ses six enfants venus de Goma, avaient été mis en quarantaine avec d’autres personnes de leur famille. Tous ont ensuite été vaccinés contre Ebola.

Tous «ont été vaccinés et ramenés à Goma. Nous les avons logés dans un hôtel hier soir (jeudi) et aujourd’hui (vendredi) nous les avons installés dans un appartement pour les garder sous surveillance», a dit le Dr Boubacar Diallo, coordonnateur en charge de la surveillance d’Ebola pour l’OMS, interrogé vendredi par l’AFP. «Jusqu’à présent aucun ne présente de symptôme», a-t-il ajouté.

Ils ont «été transférés à Goma pour une bonne prise en charge contre Ebola par l’OMS «, a déclaré le Dr Ciza Nuru, médecin directeur de l’hôpital de Birava.

Au total, 40 personnes ont été vaccinées à Birava, localité située à 30 km au nord de Bukavu, chef lieu de la province du Sud-Kivu, selon le Dr Cizu, qui estime que «le danger n’est pas écarté» à Birava.

A Goma, où l’orpailleur est décédé d’Ebola, l’une de ses filles et sa femme contaminées par le virus ont été internées au centre de traitement d’Ebola de l’hôpital de cette ville de deux millions d’habitants, selon les autorités congolaises.

«Trois équipes de vaccination sont à l’oeuvre sur le terrain», selon le Dr Boubacar Diallo.

«Nous avons déjà identifiés 282 cas» en contact avec «trois personnes contaminées dans cette même famille (de l’orpailleur décédé). Presque tous les contacts à haut risque ont été identifiés», a-t-il expliqué.

La RDC lutte contre Ebola depuis une année et l’épidémie a déjà fait 1.823 morts, d’après les derniers chiffres publiés vendredi par le ministère de la santé. L’OMS l’a élevée au rang d’urgence sanitaire mondiale.

L’épidémie de fièvre hémorragique, qui se transmet par contacts humains directs et étroits et dont le taux de létalité est très élevé, a longtemps été cantonnée aux régions rurales du Nord-Kivu (essentiellement Beni et Butembo) et en Ituri voisine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le duo d’informateurs, Joachoim Coens et Gerorges -Louis Bouchez, à leur arrivée chez le roi ce lundi.

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Le train de nuit est sur la bonne voie

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite