Tensions avec la Corée du Nord: Kim Jong Un «ne veut pas me décevoir», affirme Trump

Tensions avec la Corée du Nord: Kim Jong Un «ne veut pas me décevoir», affirme Trump
Photo News

Le président américain Donald Trump s’est montré confiant vendredi quant aux intentions du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, malgré un troisième tir de projectiles effectué en huit jours par Pyongyang.

«Le président Kim ne veut pas me décevoir avec une violation de confiance, il y a bien trop à gagner pour la Corée du Nord», a écrit Donald Trump sur Twitter, en affirmant que ces tests militaires n’étaient «pas une violation» de la déclaration signée entre les deux leaders à Singapour lors de leur sommet en juin 2018.

«Il n’y avait pas non plus de discussion sur des missiles de courte portée lorsque nous nous sommes serré la main», a-t-il ajouté.

Ces tirs «pourraient» en revanche constituer une violation des résolutions de l’ONU, a écrit le président américain.

La Corée du Nord a pour interdiction de lancer des missiles balistiques en vertu des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les membres européens du Conseil de sécurité de l’ONU ont condamné jeudi cette récente série d’essais de missiles.

Le locataire de la Maison Blanche avait déjà estimé jeudi qu’il ne voyait «pas de problème» dans ces tirs de courte portée.

«Je peux me tromper, mais je pense que le président Kim a une belle et grande vision pour son pays, et seuls les Etats-Unis, avec moi comme président, peuvent faire de cette vision une réalité», a-t-il appuyé vendredi.

La Corée du Nord tire une série de nouveaux projectiles: «Pas de problème», assure Donald Trump

Pyongyang et Washington sont engagés depuis plus d’un an dans un processus diplomatique pour régler la question des programmes nucléaire et balistique nord-coréens. Donald Trump et Kim Jong Un se sont rencontrés à trois reprises, la dernière fois en juin dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule coréenne, où ils avaient convenu de reprendre les négociations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

  3. @News

    Philippe Albert revient sur Anderlecht – FC Bruges: «Avec Colassin, j’ai découvert un jeune talent avec beaucoup de culot»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite