Bienvenue en Wallonie: la Roche-en-Ardenne, reine du tourisme depuis plus d’un siècle

L’Ourthe, la rivière qui l’enlace et qui accueille en été des centaines de kayaks.
L’Ourthe, la rivière qui l’enlace et qui accueille en été des centaines de kayaks. - Dominique duchesnes

La Roche-en-Ardenne est sans nul doute une des cités ardennaises les plus courues touristiquement. Il se dit que déjà au 19e siècle, les Anglais venaient y pêcher le saumon en été… Puis la ligne de tram Melreux-La Roche boostera son succès.

Elle a en effet plusieurs atouts à son arc. Le premier est sa situation qui lui a donné son nom, puisqu’elle est entourée de rochers escarpés. Le second, c’est l’Ourthe, la rivière qui l’enlace et qui accueille en été des centaines de kayaks, du moins quand il y a suffisamment d’eau… Troisième atout, le château féodal qui domine la cité, et qui a servi bien après cette période puisque les Français, au 17e, y ont mis un système de défense complet. Aujourd’hui, il est hanté le soir par le fantôme de Berthe... On citera encore l’église Saint-Nicolas, construite au cœur du piétonnier au tout début du 20e siècle, dans un style néogothique. Elle succède à une église plus ancienne, qui présentait un clocher baroque à bulbe qui faisait alors sa renommée.

La Roche est aussi liée à l’offensive des Ardennes puisque la ville a été rasée à 90 % durant l’hiver 1944-45, pilonnée par l’artillerie avant que l’aviation alliée ne passe à l’action. Les témoins parlent alors d’un paysage lunaire, avec 116 victimes civiles. Mais dès 1950, la ville reconstruite accueillera à nouveau les touristes…

Se balader

Voilà un circuit de promenades original mis en place cette année, sous le nom « De clocher en clocher au cœur de l’Ardenne ». Il a été mis en place par l’association « Eglises ouvertes », avec les S.I, maisons de tourisme et fabriques d’églises. Onze églises et chapelles ouvrent leurs portes cet été dans les communes de La Roche, Rendeux, Manhay et Tenneville, via deux randonnées pédestres de 9 et 10 km, deux circuits vélo de 43 et 45 km, et un circuit à faire en auto, de 34 km. L’objectif est de redonner vie, autrement, à ces lieux de culte de plus en plus délaissés par les fidèles. Riches en termes de patrimoine et d’architecture, d’histoires aussi parfois, ces édifices vous accueillent pour des découvertes sereines, loin des ébats bruyants que La Roche peut connaître en plein été autour de l’Ourthe. Vous découvrirez des églises toute simples, des lieux de culte millénaires, des statues naïves et des chefs-d’œuvre d’art sacré. Comme le dit l’association, « une église raconte énormément de choses à tout qui prend la peine de l’écouter… »

Manger

Des restaurants, il n’en manque pas à La Roche et c’est d’autant plus agréable que la rue principale est piétonne depuis quelques années. C’est à quelques mètres de là, en contrebas, que nous avons choisi notre assiette. Le « Quai Son » est situé idéalement sur un quai de l’Ourthe, avec une vue directe sur les ruines du château féodal. Le concept est original : tout se passe dehors, sur une vaste de terrasse pouvant accueillir 150 couverts, autant dire que l’été sec est bien mis à profit ! Et en hiver (d’octobre à Pâques), c’est un chalet qui y prend place dans une ambiance savoyarde où fondues, tartiflettes et raclettes remplacent les burgers estivaux venant de la boucherie Bouillon. Burgers classiques, ardennais, Quai Son (fromage d’Orval, oignons rouges, pesto de tomates confites et sauce fines herbes), ou burgers de canard, d’agneau, de poisson ou de poulets sont la spécialité des frères Joachim et Adrien Son qui tiennent ce lieu cool, bon et sympa depuis 7 ans. La carte des bières régionales y est un plus incontestable.

Visiter

La Roche a été marquée dans sa chair et ses pierres par la bataille des Ardennes. Michel Bouillon, le boucher local, a commencé à collectionner tout ce qui s’y rattachait, dans les années 60. Il a ouvert dans le piétonnier un musée de la bataille en 1991, que son fils Gilles a repris. Sur trois niveaux et 1500m2, et pour 8 euros, on y découvre un condensé des combats mais une fameuse volée d’objets originaux de grande qualité que les initiés apprécieront (armes, costumes, véhicules, documents et objets divers). C’est aussi le seul musée de la bataille qui a une section britannique puisque ce sont des Ecossais qui ont délivré la ville en janvier 45. Pour le 75e anniversaire qui sera fêté en janvier prochain, une extension prendra place dans la cave. Gilles Bouillon a un énorme butin de guerre dans ses réserves. Il avait d’ailleurs ouvert à Bastogne un autre musée de 2012 à 2016, mais le Bastogne War Museum et le manque de soutien local sont passés par là…

S.I de La Roche, Place du Marché, 15 (084-36.77.36) et www.la-roche-tourisme.com).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite