Asile et migration: Ursula von der Leyen plaide pour «un nouveau pacte pour les migrations» (photos)

La prochaine présidente de la Commission européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen, a assuré vendredi à Rome qu’elle comptait proposer «un nouveau pacte pour les migrations et l’asile» afin de mieux répartir les efforts au sein de l’Union européenne.

«Je veux proposer un nouveau pacte pour les migrations et l’asile, nous avons besoin d’une nouvelle solution», a-t-elle déclaré devant la presse avant une rencontre avec le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte.

«Nous voulons que nos procédures soient efficaces mais aussi humaines. Ce n’est pas une tâche facile mais nous avons tous compris qu’il n’y a pas de solutions faciles» pour gérer les flux migratoires, a ajouté Mme von der Leyen.

«Il est nécessaire de revoir le concept de répartition des obligations. Nous savons que l’Italie, l’Espagne, la Grèce sont géographiquement exposées: il est fondamental de pouvoir garantir la solidarité» de l’UE à ces pays, a estimé la prochaine présidente de la Commission européenne qui effectue dans plusieurs capitales de l’UE des visites préparatoires à sa prise de fonctions, le 1er novembre.

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a rappelé que du point de vue de Rome, il n’était «pas imaginable que le problème des flux migratoires continue de reposer sur le premier pays où (les migrants) arrivent».

Ursula von der Leyen se trouvait à Rome au moment où plus de 160 migrants, à bord de deux navires humanitaires, naviguent en Méditerranée, à proximité des eaux italiennes et maltaises, à la recherche d’un port sûr pour débarquer.

Le gouvernement populiste italien a décidé de fermer ses ports aux ONG secourant les migrants, estimant que l’UE n’a jusqu’à présent pas fait preuve de solidarité dans ce domaine.

Les profondes divisions au sein de l’UE sur le partage de l’accueil ont rendu impossible pour le moment toute réforme du Règlement de Dublin, qui confie actuellement aux pays d’arrivée la charge du traitement des demandes d’asile.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite