Crise au Venezuela: le dialogue se poursuit pour trouver une solution «constitutionnelle»

Crise au Venezuela: le dialogue se poursuit pour trouver une solution «constitutionnelle»
AFP

Les délégués du président vénézuélien Nicolas Maduro et de l’opposant Juan Guaido s’engagent à trouver une solution «constitutionnelle» à la crise vénézuélienne, a déclaré vendredi le gouvernement norvégien, qui fait office de médiateur, après une nouvelle session de discussions à La Barbade.

Dans son communiqué, le ministère norvégien des Affaires étrangères a souligné que la plateforme de dialogue mise en place sur cette île des Caraïbes travaillait «de manière continue et avec diligence», sans préciser la date de la prochaine réunion.

Pendant cette session, la troisième à se dérouler à la Barbade, «les parties ont réaffirmé leur volonté d’avancer dans la recherche d’une solution constitutionnelle et approuvée (par les deux camps), centrée sur le bien-être du peuple vénézuélien», est-il écrit dans ce texte.

Après des contacts exploratoires et une première rencontre mi-mai à Oslo, les discussions ont repris à La Barbade le 8 juillet.

L’opposition déclare que son objectif est d’obtenir le départ de Maduro du pouvoir et de nouvelles élections. Elle considère que le nouveau mandat entamé par le président socialiste en janvier est illégitime parce qu’il résulte d’une élection présidentielle faussée, selon elle, par la fraude.

Mais Nicolas Maduro refuse catégoriquement de démissionner. Selon lui, les pourparlers inter-vénézuéliens doivent aboutir à une «coexistence démocratique» entre le pouvoir actuel et l’opposition.

Il appelle à mettre fin à ce qu’il appelle le «putschisme» de l’opposition et aux plans qu’ont selon lui les Etats-Unis pour mettre la main sur les réserves pétrolières du Venezuela, les plus importantes du monde.

Sous la présidence de Maduro, héritier du président Hugo Chavez (1999-2013), le Venezuela s’est enfoncé dans la plus grave crise économique, sociale et politique de son histoire moderne. Quelque 3,3 millions de Vénézuéliens se sont exilés depuis 2015, selon l’ONU.

Maduro attribue cette situation à la «guerre économique» livrée selon lui par les Etats-Unis, qui veulent son départ du pouvoir et ont adopté contre le Venezuela des sanctions économiques incluant un embargo pétrolier.

Le chef de l’opposition Juan Guaido, qui est à la tête du Parlement, s’est proclamé en janvier président par intérim du Venezuela et est reconnu comme tel par plus de cinquante pays, à commencer par les Etats-Unis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite